Handi Cap Evasion

Balcons de la Meije du 15 au 22 juillet 2017

Arrivée progressive des participants au Camping municipal de Villar d’Arène, (alt 1662 m) près de La Grave dans l’Oisans, en ce WE de 14 juillet, par la route de la vallée de la Romanche, réaménagée récemment.

Luc, notre AEM est déjà là avec le véhicule et Mainon, le mulet assagi et devenu très sociable…mais il ne faut pas l’oublier, il est très réactif… !

Une équipe expérimentée monte déjà les marabouts et les tables, le tour des présentations peut commencer avec l’apéro bière/viognier …. Anne -Marie sera notre maman miam -miam, secondée par Laure, et nous fera une intendance majoritairement bio, agrémentée d’herbes locales glanées sur les chemins, et adaptée aux particularités de certains tubes digestifs fragiles...

Plusieurs d ‘entre nous se connaissent, avec des origines diverses, Nantes, la Loire , l’ Ardèche, la région Lyonnaise...Nos passagers joëlette , Benjamin , Sylvie, Roxane et Sarah, ont déjà leurs référents attentifs, et Fréderic marchera courageusement malgré quelques gamelles … !

Des jeunes costauds, des moins jeunes expérimentés, et la mayonnaise va vite prendre, avec Juliette,Louis , Romain, Vincent, Lionel-s- ( en deux exemplaires … !)Flore et son accordéon , Jean et son camping- car à proximité, Jamil , Sandrine, Thomas, Marc et Alice.

Cinq en sont à leur premier séjour, mais ils vont vite apprendre, et comme on a au moins trois jours de beau temps prévus, l’ambiance est au beau fixe.

Dimanche, initiation et départ pour le lac du Pontet (alt 1996 m) par un chemin de terre puis sentier pas trop raide et passage de ruisseaux caillouteux, avant d’arriver au lieu de pique- nique déjà colonisé par des vacanciers ( il y a un autre accès facile par la route .. hélas .. ? ) et baigneurs courageux… On monte rapidement un abri (bâche bleue) pour le soleil et le vent, en s’amusant des péripéties voisines d’un pilotes amateur de drone qui n’est pas très amphibi. Tour du lac et redescente tranquille vers le camp de base et préparation du dîner, délocalisé à 500m près du torrent autour d’un feu de bois convivial alors que certains dansent au son de l ‘instrument de Flore et son répertoire Musette… Les choses deviennent sérieuses dès le lendemain et pour trois jours car on va monter, après un transfert en voitures au départ de Ventelon, sur le plateau d’Emparis (2000 et 2400 m ) vers le hameau de la Buffe, longue montée tranquille dans le vallon du Ga, après avoir traversé le Chazelet, à travers les hameaux du Rivet du bas du milieu, du haut Lundi soir, surprise réjouissante inattendue, on dort dans de vraies Yourtes Mongoles au milieu des alpages ou paissent 2000 moutons avec Patous, chevaux et ânes , autour de leur bergère Pascaline et de sa petite famille.. Le lendemain départ matinal, car la météo est douteuse, et de gros nuages sont annoncés, mais ce sera pour plus tard ! On continue à monter par des sentiers abrupts, rocaille, ardoises et quartz, en traversant une belle zone préservée vers les prairies du chalet de Favre. Quelques randonneurs surpris nous doublent et on essaie de recruter…. Pique- nique au bord du torrent bien calme, avant un chaos rocher et près d‘une « marmite » (vasque creusée par l‘érosion de galets du torrent) ou quelques- uns se baignent, puis on repart pour finir la longue traversée du plateau à travers une prairie humide préservée, balisée de pierre à sel pour les troupeaux autorisés dans cette zone fragile. Il fait chaud, peu de vent, du soleil propice aux brûlures d’altitude pour les têtes et les bras mal protégés...Les crêtes et le glacier de la Meije sont superbes...

Bref arrêt près d’une bergerie pour refaire le plein d’eau, en dessous du col St Georges, tandis qu’un petit groupe va récupérer une intendance déposée deux jours plus tôt à proximité, car on est loin des routes carrossables.

On va bivouaquer dans un replat près du torrent, avant la montée au col du Souchet prévu pour demain... Installation de la grande bâche verte, cerclée de pierres, et ouverte vers le sud, et mise en place du couchage avant le dîner, soupe chaude et légumes, et couronné de Crème Mont Blanc à plusieurs parfums. Certains dorment sous la tente, d’autres à distance en solitaires, la nuit est fraîche et un peu agitée ..., alors que dans la pénombre, Mainon en liberté se promène, et reste près de la chaleur émise par le lieu de repos des dormeurs, en émettant parfois, à l’entrée, une sonore émission rectale gazeuse et parfumée…. !

Lever précoce pour une montée au col du Souchet (alt 2365 m), on est plus efficaces qu’hier, il fait beau, il y a du vent, en bas dans la vallée on entends le passage motorisé de la caravane du Tour de France à l’assaut du Tourmalet et du Galibier, le bref passage des hélicos de la télé et des officiels nous font apprécier notre bonheur d’être loin des miasmes de la vallée… ! Bref passage près du lac Noir (alt 2440) et on continue pour s‘arrêter déjeuner tranquillement au- dessus du lac Lérié (alt 2380 m) en face des sommets scintillants.

Mais les premières gouttes accélèrent la descente vers le Chazelet, pas de panique, on prend son temps le sentier est en pente douce, sauf à la fin…Les gros nuages passent, provisoirement, on rentre avant les premières gouttes mais l’orage gronde, ce sera pour cette nuit… Jeudi était prévu un autre bivouac en direction du col d’Arsine, au refuge de l’Alpe de Villar d’Arène, mais des trombes d’eau nocturnes et matinales rafraîchissent les dormeurs et modifient les projets ... Luc, sagement, sort un merveilleux plan B… Nous partons vers 10 h en joëlette par la route sur la place de Villar, dans une salle de la mairie, voir un film tourné en 1954 sur la vie du village, les activités pastorales et la cuisson annuelle du pain dans le four commun, édifiant document ethnographique vivement apprécié… et rencontre intéressante avec quelques habitants qui montent un chapiteau pour la fête locale de samedi...

Le beau temps revenu nous repartons, après un pique- nique ensoleillé et l’acquisition de délicieuses salades (Anne- Marie veille à tout), vers le camping par la rive gauche du torrent, par un sentier taillé à flanc de montagne avec plusieurs passages ardus et pentus de rochers et d ‘éboulis dont le groupe, maintenant expérimenté, se sort sans encombres avant de rejoindre le pont des Brebis….

Comme il est un peu tôt, une halte prolongée sur une plage au bord de l ‘eau permet à certains de s’immerger dans les remous effervescents, d ‘autres préfèrent le bain de pied avec massages rafraichissants des turbulences entre les cailloux.

Certains amateurs de bière sont allés faire l ‘intendance liquide pour nous faire savourer, avec modération, les produits parfois corsés des brasseries locales aux dénominations évocatrices… Le lendemain vendredi, Luc a prévu un transfert au col du Lautaret pour parcourir un sentier pédagogique, le sentier des Crevasses, en bordure du parc des Ecrins, avec deux guides stagiaires qui vont nous passionner en parlant de la faune et la flore locale, pause près d’un belvédère où, à la lunette, on va observer chamois et marmottes, sur le versant du Bec de l’Homme et dans l’enfilade de la vallée au- dessus de Villar, La Grave, le Chazelet, Déjeuner en terrasse au col avant d’aller explorer le jardin botanique alpin du Lautaret à l’écoute d’un étudiant passionné, et savant, grand duduche un peu distrait… voilà, voilà, sur les 2000 espèces réparties en 60 rocailles et massifs à thèmes des différentes montagnes du globe… Une fine pluie tenace nous fera rentrer précocement et les dernière joëlettes échapperont de justesse dans la descente, à une bonne et durable averse… C’est déjà fini… c’est l’heure de l’inventaire, du pliage des joëlettes , du repas convivial (ratatouille salades variées fourme d ‘Ambert et belle crème chocolat maison) suivi du traditionnel débriefing … alors que la pluie tambourine sur la toile… Accord général sur la beauté des paysages, la bonne ambiance et performance, le coté culturel des deux jours humides, merci à Luc pour sa réactivité, à Anne -Marie et aux aides pour l’intendance, avec les herbes locales parfumées, et les repas adaptés… La joie de Sarah arrivant au sommet sur ses 2 jambes fera partie des moments inoubliables du séjour. Et demain est un autre jour, un autre séjour se prépare.

Le samedi matin est cependant joyeux et efficace, avec les pliages divers, la préparation des premiers départs, et à 10 h le camp est levé, Mainon ne rechigne pas à embarquer, dernières photos, derniers échanges, un peu d’émotion, à bientôt à l’AG … Que la montagne est belle ! Et HCE est grand … !!!

Partager

Meygal-Mézenc du 08 au 15 juillet 2017

C’est dans un site original, au centre d’un bassin verdoyant arrosé par la Sumène et hérissé de pitons volcaniques que Didier, notre accompagnateur en Montagne nous a donné rendez-vous pour une randonnée à travers les massifs du Meygal, du Mézenc pour poursuivre notre course sur les hauts plateaux altiligériens et ardéchois, hauts lieux de la résistance huguenote.

Belle brochette de participants, depuis Lou, 8 ans, jusqu’à Bernard 83 ans, notre intendant dont les talents culinaires ne laisseront personne indifférent. Claire et Basile depuis la Haute-Savoie, Paul et Félix depuis Paris ainsi que Zohra ; Béa, Raphaël et Pascal depuis le Sud, Madeleine et Clément depuis l’Est lyonnais, Yannick, Lou, Clotilde depuis l’Azergues, Laëtitia et Claire depuis l’Auvergne, Jérome rencontré sur le salon Handica, Laurence, Marie-Claude et Christian depuis le Grand Ouest, Thibaud et Bernard … Thomas ne sera avec nous que le dimanche (travail oblige mais nous sommes sûrs que nous le reverrons l’an prochain). C’est un peu plus tard que nous rejoindront Charlot et Didier. Pendant que les uns s’affairent à la cuisine sous l’œil vigilant de Bernard, d’autres avec le plus grand soin plantent les marabouts. Ce n’est pas qu’on redoute la pluie dans l’immédiat mais il faut penser au lendemain que la météo annonce bien incertain. Ce dimanche, pour une mise en jambe c’est franchement pas mal : traversée de St Julien Chapteuil, montée vers l’église par des rues pentues et étroites. Vue magnifique sur les environs dont les ruines du château de Chapteuil nous narguent de haut. Descente un peu technique pour ensuite attaquer l’ascension du château de Chapteuil (douzième siècle). Mais que ça grimpe ! Les efforts conjugués de tous nous permettront d’arriver vers 12h. Bernard nous rejoint, un sac d’abricots à la main. (Ne pas négliger le dessert !). Les nuages qui tournaient autour du suc se font plus menaçants. On se hâte de descendre vers les Couderts (magnifique maison de la Béate) par un sentier étroit et sinueux. C’est sous une pluie battante, à la recherche de moulins plus ou moins désaffectés, que nous faisons le tour de la base du suc. Notre quête se révèle vaine ou presque.

Ce lundi, nous nous mettons pour la traversée du Pays des Sucs. Montée par des chemins ou/et sentiers , pause à Moneydeyres. Inutile de chercher la fontaine : les résidents nous offrent spontanément eau et chocolat. Le temps : « on ne sait pas, ça peut durer … mais c’est pas sûr… ». Décidément les autochtones sont tous les mêmes.

On repart. Pistes en sous-bois humides, sentiers étroits, pierres moussues et glissantes, appuis difficiles à trouver : malgré ces difficultés, la joëlette filles non seulement progresse aussi bien que les autres mais sait prendre son temps pour cueillir les premières fraises des bois, myrtilles et j’en passe. Traversée d’un pierrier et nous voici dans le soleil.

Le Testavoyre : tentant certes mais le temps menace. Au pied des cônes de roches phonolitiques, il est jugé plus prudent de s’approcher de la cabane forestière.

Que d’activités ! Toutes sortes d’insectes sortent de leurs cachettes et s’en donnent à qui mieux mieux sur les jambes, mollets, cranes des participants. Au coucher on découvre de véritables accumulations de moustiques, moucherons prêts à passer à l’action dès la tombée de la nuit.

Beau temps ? Apparemment mais cela ne durera pas. On plie sous l’averse. Et c’est le départ vers le lac de St-Front. Après le hameau de Montvert , on quitte définitivement le Meygal, ses constructions de lave grise. Sans grandes difficultés, on se dirige vers le lac de St-Front, magnifique lac de trente hectares où nous sommes toujours bien accueillis comme nous l’a encore rappelé le propriétaire du lieu. Sur ces hauts plateaux, les agriculteurs s’affairent. Serait-ce un bon signe pour les jours à venir ? < Baignade pour tous ou presque, au soleil déclinant. L’eau n’est pas très claire mais elle n’est pas froide, c’est bien là l’essentiel. Après le repas, Yannick propose des équilibres insolites. Mercredi : C’est le grand jour ! Après le topo de Laurène sur les lacs de cratère, on s’attaque au point culminant du séjour : le Géant des Cévennes alias le Mont Mézenc.

Traversée des estives à perte de vue. Passages difficiles dans le bois après les chalets d’Aiglet suite aux travaux d’abattage exécutés pas d’énormes engins qui ont laissé de très profondes ornières autour desquelles il faut zigzaguer. La draille de Soutrou , plus confortable nous amènera à la Croix de Peccata. Bernard nous y attend. Les difficultés vont commencer.

Fatigue, faim ; on opte pour un déjeuner à l’ombre. Il est trop tard pour grimper le ventre vide. Sentier souple dans les sous-bois mais un peu pénible pour les passagers : des rondins ont été mis en travers pour éviter le ravinement. Soudain, on émerge dans le soleil et dans le vent. Le sentier a été aménagé avec de hautes marches de phonolites, roches légères et sonores.

Beaucoup d’entraide, on s’attend, on en profite pour causer, voire, n’est-ce pas Yannick, recruter François, un promeneur qui nous accompagnera jusqu’au sommet. Panorama exceptionnel. Nous revoyons le massif du Meygal, le bassin du Puy et les monts d’Auvergne, le pays des Boutières, trouées profondes entrecoupées de crêtes, de serres et de sucs. Au-delà on devine les Alpes.

Descente chaotique vers l’autre extrémité, ardéchoise cette fois, la Croix de Bourtières. Cadre magnifique, on dresse un seul marabout. Nuit claire, puis arrivée des nuages, brouillard et enfin pluie lorsqu’il s’agit de plier.

Damned ! Arrivés au village e St-Clément nous apprenons que le lendemain est le dixième anniversaire de l’école du vent. On en attend du monde ! Finalement l’ancienne école nous sera ouverte ainsi qu’un bout de pré pour Charlot et les adeptes du coucher en plein air.

Notre visite de l’Ecole du Vent est prévue à 16h. C’est un bâtiment un peu particulier. Sa devise résonne entre ses murs : « Vent, Vol, Vie ». Un univers entre rêve, science et gravité. Des savants fous, visionnaires ou illustres ont tenté de fabriquer des objets abracadabrants (que l’on pourra tester) dans l’espoir qu’ils volent. Chansons autour de la table à la nuit tombée ; des voisins s’installent dans la pénombre pour profiter du concert. Longue traversée des hauts plateaux. Une pensée pour les enfants mis à l’abri dans les fermes isolées. C’est le départ sous un ciel radieux. Merci à toi Laurence et à ton sourire, à toi Claire et à ton arrivée au sommet du Mézenc, à toi Madeleine pour ta confiance et ton aide, à toi Clément pour ton humour et tes sketches, à toi Paul dont le visage s’illuminait aux répliques et réparties des uns et des autres. Sans vous, non seulement notre périple n’aurait pas eu lieu mais nous n’aurions pas eu la joie, le dynamisme et le dépassement que nous a apporté votre présence.

N’oublions notre intendant qui avec ses salades diverses et variées nous régala et avec les plats plus sophistiqués du soir (on se souviendra du chili rehaussé aux herbes locales) emporta l’adhésion de tous.

Partager

Pages: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...
Page 1
S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

30 juillet 2017

A la recherche de (bonnes) photos !

L’association a un grand besoin de bonnes photos pour illustrer nos documents de communication mais aussi pour transmettre à nos partenaires et aux journaux qui veulent bien faire la promotion de nos activités.

Les photos devront être transmises avant le 13 octobre, par mail : hce@free.fr ou la.creuzette@free.fr.
Le résultat sera donné lors de l’AG. Il y aura une belle surprise pour les 3 meilleures photos !

Pour en savoir plus, c’est ici !

>> Concours Photos

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séours 2017