Handi Cap Evasion

Les nouveaux voyages extraordinaires

Une exposition proposée par Handi Cap Evasion et le Centre International Jules Verne

L’exposition « Les nouveaux voyages extraordinaires » raconte une ascension dans l’Himalaya faite par des personnes à mobilité réduite en 1999. Elle établit une comparaison entre le courage des héros de Jules Verne et celui des quatre passagers joëlette (=fauteuil mono roue) qui ont gravi les sentiers escarpés de la vallée du Khumbu au Népal.

Yolande Caumont participait à cette expédition organisée par Handi Cap Evasion en octobre 1999. Treize personnes, accompagnées de seize porteurs népalais ont accompli le trek menant au camp de base de l’Everest. Trois semaines de randonnée placées sous le signe de l’effort, mais surtout des émotions partagées.

A l’aide de « joëlettes », monocycles spécialement conçus pour la randonnée en montagne, les participants ont mis douze jours pour atteindre le camp de base de l’Everest, en passant par des chemins invraisemblables et des ponts suspendus.

Cette formidable expédition a donné le jour à une exposition intitulée « Les nouveaux voyages extraordinaires ». Elle se compose de 40 photographies prise par Jean-Michel Deborde lors de l’expédition, mises en regard de 40 illustrations extraites des romans de Jules Verne et accompagnées de textes explicatifs.

L’exposition s’organise autour de la personnalité de Yolande Caumont et des héros des romans de Jules Verne : Cinq semaines en ballon, Voyages et aventures du capitaine Hatteras, Vingt-mille lieues sous les mers, Michel Strogoff, Mathias Sandorf, P’tit bonhomme et Mistress Branican.

Faits de géographie, d’histoire et de science portés l’épopée d’aventures à dimension continentale, les romans de Jules Verne sont des histoires d’un genre inédit, d’une documentation rigoureuse, écrites dans une langue fluide au vocabulaire précis. Ils mettent en scène des personnages romanesques qui sont devenus des archétypes de l’exploit. Au départ de chacun de ses romans, Jules Verne recherchait un point de vue original au travers d’un personnage non conventionnel : John Hatteras, inventeur de la conquête polaire, Nemo inventeur des recherches sous-marines et héros de l’indépendance, ou encore Michel Strogoff héros du devoir. Ces héros qui sont l’exemple de courage, de la maîtrise des connaissances et du dépassement de soi, sont mis ici en parallèle avec les membres de l’équipe menée par Handi Cap Evasion à 5200 mètres d’altitude, au pied de l’Everest.

Informations pratiques

L’exposition « Les nouveaux voyages extraordinaires » se présente sous la forme de 18 panneaux en couleur encadrés (100 cm x 70 cm). Les panneaux sont en carton plume encadrés, plastifiés et illustrés de 40 photgraphies de Jean-Michel Deborde et de 40 illustrations originales des romans de Jules Verne accompagnées de textes explicatifs.

Tarifs : 200 € pour une semaine de location, tarif dégressif au delà. (Valeur d’assurance 3 500 euros)

Une partie des bénéfices est reversée au profit de l’association Handi Cap Evasion.

Contact

Centre International Jules Verne

36 rue de Noyon – 80 000 Amiens

Tél : 03 22 45 37 84

E-mail : mailto:maison@jules-verne.net

Site Internet : www.jules-verne.net

Partager

Expédition Népal 1999

Photographies de Jean-Michel Deborde et Lionnel Maître

La bande des 13 sur le toit du monde

Titre choc mais pas complètement exact ; car les 13 étaient en fait 30 ! Faisons l’addition :

- 4 passagers Joëlette
- 8 accompagnateurs (dont Joël, responsable du groupe)
- 1 cameraman (qui avait déjà montré son professionnalisme lors du trek au Pérou en 1997)
- 8 sherpas népalais pour aider aux Joëlettes
- 8 sherpas népalais pour les bagages
- 1 sirdar (chef des sherpas)

L’Himalaya, ainsi que l’immense plateau tibétain est appelé le toit du monde. Mais le toit du monde lui-même, c’est le Chomolugma (en tibétain), le Sagarmatha (en népali) ou l’Everest (pour les occidentaux).

Nous avons cheminé jusqu’à son camp de base. Point de départ des grandes expéditions pour atteindre le sommet.

Un beau matin, au cours d’un superbe parcours en balcon durant lequel nous avons eu le loisir de voir la faune sauvage, la flore (gentiane, lupin), l’Everest est apparu pour la première fois. C’était le cinquième jour de marche. Quelle merveille ! Pause pour admirer, pour aussi laisser vibrer en soi ses propres émotions. Il est là, face à nous, presque " petit " par rapport aux autres sommets eux aussi sublimes (la perspective en montagne, vous connaissez ?), une petite pyramide se détachant sur un ciel bleu profond. Les couleurs sont aussi quelque chose d’exceptionnel au Népal : la pureté du ciel bleu (quand les nuages veulent bien se retirer), la blancheur immaculée des sommets enneigés, la luminosité du soleil qui illumine le paysage différemment selon l’heure du jour.

Avant cette première apparition de l’Everest, la bande des 13 a déjà bien crapahuté.

Commençons par le départ. Le 2 octobre à l’aéroport d’Orly Sud, la maman de Jérémie Gallaud nous entoure avant le décollage vers l’Asie. Les diplomates Joël et Simone ont pu faire enregistrer le surplus considérable de bagages autorisé. La voie est libre jusqu’à Katmandou, via un long transit a Dacca (au retour le 29 octobre, le transit à Dacca nous laissera de bizarres souvenirs...)

Les 24 heures de démarches administratives seront utiles avant de décoller le 5 octobre pour Lukla, départ du trek. Nous survolerons un Népal vert, agricole, puis montagneux, qui se laisse découvrir à travers les nuages.

Vol dans un petit avion, rien que nous sur la Yeti Airlines (oui, nous sommes au pays du Yéti... que nous ne verrons pas), accueillis par une belle et charmante hôtesse du pays sherpa.

Avez-vous déjà vu un avion courir derrière des fauteuils roulants ? Ca existe, ici à Katmandou et nous l’avons vécu ! Sensation garantie !

Les choses sérieuses commencent donc le 6 octobre après l’apprentissage par nos sherpas du maniement de ce drôle d’engin qu’est la Joëlette. Joëlette qui fait sensation sur les chemins escarpés de la vallée du Khumbu : nombre de trekkeurs étrangers et français l’ont photographiée et filmée.

Ils recevaient en retour une fiche explicative de notre trek et de Handi Cap Evasion. L’association est connue dorénavant au Japon, aux USA, au Canada, en Ouzbékistan, en Europe, etc... Eh oui, Handi Cap Evasion est unique ! Devant nous 12 jours de montée par des chemins invraisemblables, des pentes abruptes très empierrées, des montées harassantes pour mieux redescendre, des chemins périlleux ! Le souffle se fait de plus en plus court au fur et à mesure de la progressive et lente montée en altitude. La traversée des ponts suspendus est spectaculaire. Etre croisé par des dzo (métissage vache-yack) ou des yacks (à partir de 4000 m environ) est une délicate opération, compte tenu de l’étroitesse des chemins et du comportement mi-sauvage du yack qui avance droit devant lui quoi qu’il advienne.

Rencontrer les sherpas avec leurs charges impressionnantes sur le dos est l’occasion de l’échange de " namasté " (bonjour) et de regards étonnés. Les chemins de l’Everest ne sont pas monotones ! Vivre avec nos sherpas tisse des liens jour après jour.

Ces petits hommes sont étonnants, chaleureux, gais, farceurs, d’une résistance et endurance physique sidérante, d’une force considérable nécessaire pour progresser chaque jour toujours plus haut, jusqu’à 5200 m, que nous atteignons le 17 octobre. Record d’altitude pour la Joëlette et pour toute l’équipe. Le spectacle est grandiose, impressionnant dans ce monde minéral et de glace. L’émotion est forte, laisse sans voix.

Avant de redescendre et du même coup fuir la neige qui va commencer à tomber pendant 3 jours sans discontinuer, nous trinquons et buvons la cuvée spéciale " Everest 99 ", que Simone porte avec précaution dans son sac depuis Paris. A 5200 m, le petit rouge de Provence est bien frais et meilleur qu’à basse altitude. Pour descendre, nous avons le désert blanc de la neige, l’opacité grise des nuages de pluie, le ciel bleu intense qui laisse le soleil réchauffer les corps fatigués, la luminosité exceptionnelle qui transforme tout le paysage, puis, pour finir, en basse altitude à Katmandou, le brouillard de la pollution et le bruit de klaxons. Que de contrastes !

A Katmandou les contrastes apparaissent vite entre la ville touristique et la ville besogneuse, entre le niveau de vie des gens.

Avant de quitter le Népal nous offrons nos 4 fauteuils roulants, du matériel pour handicapés et des médicaments à un hôpital de Katmandou et à la Croix Rouge népalaise. Cela en présence de l’ambassadeur de France au Népal qui, à travers notre trek, sait dorénavant que la montagne est pour tous.

Yolande Caumont

Partager

Pages: 1 | 2
Page 1
S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séours 2017