1,2 ou 4 roues : l’important, c’est que ça passe !

"Tout continue de bien se passer.

Hier soir, changement de lieu de bivouac pour raison de grand vent. Et, en cours de transfert, une petite frayeur ! (tu m’étonnes !)

Nous sommes à un hôtel presque classieux.

Voici des photos et vidéo sympa de course avec rouleaux de tôle ondulée et course de vélos"

Baignade insolite

Et l’aventure continue avec de nouveaux ponts improvisés !




De superbes paysages...

Un lémurien blanc très rare parait-il !

Notre équipe de cuisine



De l’acroyoga après un bain dans un site paradisiaque.


Une roue de 20 pouces malgaches, l’équivalent de 16 français. Conversion, quand tu nous tiens !


D’autres nouvelles ? A la prochaine connexion bien sûr !

Partager

Ils sont partis !

De grand matin, un message : "Bien arrivés à Madagascar" puis "Voir avec Simone pour faire un bref article sur le site" ...

Bon bah ... C’est parti alors, on ne discute pas les ordres de la Présidente, quand même !

Les "Malgaches" ? C’est qui ?
Ce sont les heureux élus de l’automne dernier pardi !

Les nomminés sont ... , par ordre ... aléatoire : Christine Dervaux, Vincent Ponceau, Évelyne Cornille, Gilles Lechat, Hélène Grandin, Jean-François Verges, Madeleine Grondin, Audrey Breillad, Dominique Martin, Franceline Martel, Léopold Rixhon, Bernadette Pralus, Denis Célard, Dominique Quetier, Jean-Luc Chazaud, Libert Meydan, Véronique Ribes, Jean-Jacques Quetier.
Gilles, absent lors du WE de préparation, a eu tout le loisir de découvrir ses compères lors du trajet, au départ de Paris.

Et donc, ils sont partis à Madagascar. Pour trois semaines. Depuis samedi 31 août , rendez-vous à midi pile à Paris Charles de Gaulle, pour un retour le 23 septembre. Oui, trois semaines. Et ce ne sera pas que du plat. Et ce sera varié. Et ce sera long, à commencer par les transferts, que les amateurs de séjours à l’étranger savent peu confortables ...
Et oui ! C’est effectivement un trek !

L’enregistrement des bagages et des joëlettes s’est effectué sans problème, et l’avion a pris son envol à 15h30 comme prévu.
Arrivée à Antananarivo 12h plus tard, wouaouh !

Pas de soucis avec les bagages, ça surprend. Il faut maintenant changer l’argent : 1 euro = ... 4000 ariarys ! Les liasses sont donc épaisses.

On charge ensuite personnes, bourses et bagages dans le moyen bus de 23 places.

L’équipe avait au préalable rencontré les homologues Malgaches de Fianartouring, pilotée par Bruno. Stéphane d’HCE ayant repéré en 2017 randos et guides locaux pour la logistique.

La bande au complet quitte l’aéroport vers 5h30. Malgré l’horaire matinal, le périphérique grouille de monde !
Le petit déj est pris en cours de route, l’arrivée à l’hôtel étant prévue vers midi.


Une fois les chambres réparties, les joëlettes montées, HOP ! Balade digestive.
Ici, les scènes de vie peuvent sembler insolites ... Mais notre groupe l’est tout autant !



Lundi, le groupe se rendra à Ambositra pour déposer ballons et fournitures scolaires dans l’école du village.

Madame la Présidente était venue il y a trois ans et comptait bien ne pas y revenir les mains vides ! Le matériel prévu ainsi que des livres jeunesses et des ordis portables seront achetés au passage.

Impossible de savoir à l’avance si nous recevrons d’autres photos et si nous pourrons donner des nouvelles fraîches mais ... souhaitons-leur un magnifique bol de souvenirs futurs !

En attendant d’autres photos, voici un message d’Hélène qui devrait vous faire sourire mais aussi vous initier à la langue malgache :

Ny tsiky teny iray mba tiako
Ny tsiky mahafinaritra ahy
Raha te hofinaritra, mitsikitsikia (2 fois)
Sourire c’est un mot que j’aime
Sourire c’est un mot charmant
Pour être charmant charmant soyons souriant (2fois)

Partager

Prêts pour Madagascar !

Par le train et par la route, tout le monde se retrouve autour du premier verre. Les ultimes connaissances se font rapidement, il s’agit d’entrer dans le vif du sujet. Toutefois, on traîne, du verre de bienvenue à celui de l’apéro... jusqu’à celui du digestif : un certain rhum, précurseur ?
La fraîcheur est venue, la belle vallée s’est assombrie, oui les discussions vont bon train.

Le lendemain matin, une lumière froide et crue, dans une verdure éclatante.



La journée commence, pleine de promesses, 3 joëlettes sont sur la ligne de départ. Il nous manque un passager, mais nous serons bien 4 (Evelyne, Franceline, Gilles et Libert) à l’aéroport (sans oublier Madeleine).




La mise en jambes est tonique : de superbes grimpettes, sur le macadam pour débuter, sur des sentiers bien caillouteux ensuite, puis sur des sentes étroites et pentues pour atteindre les crêtes de "La Molière" enfin. Essoufflements, reprises de respiration, rythme à trouver, chacun s’affaire autour des joëlettes se trouvant "bien inutile" à ne faire que marcher à côté.


La suite va rapidement dissiper cette impression ...




Comme la clarté est vive on peut apercevoir les sommets du Mont-Blanc. Et aussi la prochaine aire de repos où nous pourrons pique-niquer.


Après le repas, 3 petits tours et puis s’en vont, par des chemins "intéressants", dixit Stéphane.


Nous arriverons "chez nous", à bon port, suffisamment tôt pour préparer le repas du soir, et surtout ce qui deviendra un rituel des soirées, la réunion d’informations diverses à propos de la Grande Île.




La curiosité s’installe de plus en plus. Tandis que le barbecue s’est bien défendu : le gigot et les côtelettes n’ont pas pu lui échapper !

Une journée de plus, à piloter ou à être installés sur les toutes nouvelles joëlettes. Pour les passagers, ressenti de confort amélioré grâce notamment aux nouveaux amortisseurs. Ça incite à quelques tests, non ? Alors, la joëlette "vire de bord" comme un voilier pour se redresser, in extremis ; oui, les freins fonctionnent ! En plus, elles sont superbes ces joëlettes aux couleurs vives.

Au lieu nommé "le Bec de l’Aigle" promontoire dominant une vallée. Libert, qui n’a peur de rien, aimerait bien s’y aventurer. Il n’y a qu’à demander ! Aussitôt formulé, aussitôt transporté. La joëlette posée - elle a été portée au ras du bord - il ne reste plus beaucoup de place autour ...

Nous devons écourter ce moment, des promeneurs veulent aussi contempler ces masses rocheuses couvertes de forêts. Un groupe d’enfants découvre notre fabuleux engin. Un peu plus loin, un petit garçon de 6 ans, Jérémie, voudrait bien "conduire la joëlette". Il va "s’y coller" (sous haute protection bien sûr), sur une pente bien raide à grimper. Les parents surpris, observent intensément la scène. "Oui, on vous le renvoie votre petit" est le mot-clé pour les rassurer. Applaudissements pour Baptiste.

Terminer la grimpette, se poser dans une clairière où quelques longs troncs d’épicéas accueillants attirent le groupe, irrésistiblement. Repas, café, sieste : jambes en l’air pour les uns, allongées pour d’autres. Quelques irréductibles engagent une nouvelle bataille d’eau.


Bien leur en a pris ! Là-bas, sur la Grande Île, ce serait un sacré luxe ! Là-bas, peu d’eau réellement potable... là-bas, peu de tout, là-bas tout est autrement !

C’est ce que nous avons appris de l’Île, grâce à Stéphane et Jeff qui sont partis en reconnaissance du futur périple.




A l’aide de la carte, nous repérons les circuits, nous familiarisant avec les rudiments du parfait petit randonneur européen qui craint de se faire bouffer par les moustiques et autres sangsues...
La météo est clémente ce soir et le dîner se prendra à l’extérieur avec une jolie vue sur la vallée et ses falaises.




Dimanche matin, rangements. On plie et emballe les joëlettes pour les protéger durant le voyage : un vrai travail d’artiste !


Un dernier repas commun, on se dit à très bientôt, on a presque peur de s’ennuyer dans l’attente du départ.
Pour l’heure, tout le monde a été attentif aux consignes, nous rencontrerons des gens bien différents qui nous attendent. On a hâte, ça y est, on est prêt. Nous décollerons samedi prochain 31 août pour un retour le 23 septembre.
On y va et on vous racontera !

Partager

Evasion à Madagascar (septembre 2019)

Après avoir foulé le sol du continent asiatique, de l’Amérique Latine et d’autres contrées lointaines, Handi Cap Evasion a décidé de faire rêver ses adhérents en proposant un séjour à Madagascar.

Faire une randonnée au bout du monde, se donner les moyens de faire un trek hors du commun s’inscrit dans les objectifs de notre association. Bien entendu, seule une petite équipe d’une quinzaine de personnes partira à la découverte d’une autre manière de vivre dans de fabuleux paysages. Mais faire un voyage extraordinaire est aussi un rêve pour de nombreuses personnes aussi bien valides qu’à mobilité réduite. Il sera un formidable outil de communication pour faire connaître nos activités. La préparation de cette belle aventure devrait créer une dynamique dans notre association. Nous espérons bien entendu des retombées médiatiques et même financières.

Pour participer à ce séjour envoyez votre candidature (par email ou courrier postal : Handi Cap Evasion - 32, Chemin de la Creuzette - 69270 Fontaines sur Saône) entre le 10 et le 31 décembre 2018, en expliquant votre intérêt et votre implication dans le projet.
Les candidats doivent avoir une bonne expérience de la joëlette (pour les accompagnateurs : maîtriser la conduite des joëlettes à l’avant et à l’arrière) et avoir déjà participé à des séjours HCE.
Les candidatures seront examinées par le Conseil d’Administration d’HCE le 05 janvier 2019.

Le projet de partir à Madagascar pour découvrir ce pays aux milles couleurs, est né après le voyage d’une adhérente au pays du Makis.

Un repérage sur le terrain a été mis en place en Mai 2017 par Jeff et mes savates.
Après des kilomètres de randonnées, de nombreux taxis brousses, quelques coups de soleil pendant 1 mois, nous avons pu mettre sur pied un projet de séjour rempli de somptueux paysages variés et visant la rencontre des autochtones.

Descriptif du séjour

Le séjour va se dérouler en 5 parties :
En effet pour pouvoir observer le plus de contrastes possibles dans ce pays aux milles lumières, nous avons opté de faire 5 petites itinérances de 3 à 4 jours. Cette expédition sera émaillée de campings sauvages, de bivouacs, et de structures en dur. Il sera aussi nécessaire de faire de petits transferts en bus sur la seule route presque roulante pour rejoindre nos sites de randonnées.



Première partie
, autour d’ AMBOSITRA chez les Zafimamary , trois nuits en camping sauvage, où nous visiterons de beaux villages en bois sur un parcours technique pour se mettre dans le bain malgache.

La deuxième, autour de FIANAR chez les Betsilos, nuit à l hôtel, visite de la vieille ville, puis 2 nuits dans les villages de cultivateur de Riz

La troisième, autour de AMBALAVAO, trois nuits en bivouac près de la forêt primaire, nous y observerons la faune de près.


La quatrième, autour du TSARANO, bivouac, camping sauvage, nous ferons le tour de cette montagne sacrée avec ses formes élégantes.

La dernière, autour de ISALO, paillotes de luxe, puis une exploration du site avec baignade dans les canyons.

Difficultés du séjour :

Le séjour comporte plusieurs journées assez techniques, mais aussi de belles randonnées roulantes.

Il y a des nombreux bivouacs et campings sauvages, mais aussi quelques structures confortables

Il y a quelques transferts véhicules entre les sites à explorer, dont deux assez longs pour le retour sur la capitale en fin de séjour.

Il peut faire chaud pendant la journée, en effet nous sommes sur la même latitude que la Réunion.

La difficulté majeure de ce séjour est le rythme, l’enchainement des journées.Il faut être un peu endurant et en bonne forme physique pour pouvoir apprécier ce beau séjour en perspective.

Il y a quelques bébêtes un peu partout, mais rien de bien méchant

Il y a du bons rhums arrangés, à boire avec modération.

Durée du voyage : 21 jours

Ce projet sera présenté en détail lors de l’AG du 24 novembre 2018

Stéphane Brangoleau

Partager

Page 1