Haute Maurienne - 19 au 26 Août

10 juillet Reportages

Les 21 chevaliers de la Haute Maurienne

Il était une fois dans une contrée lointaine située au sud-est de la Savoie un massif montagneux qui s’appelait la Haute Maurienne. Cette terre sacrée était remplie de voyageurs intrépides qui avaient soif de randonnée et de découverte.
Notre histoire commence prêt du village de Bessans dans le camping de l’Illaz. C’est sur cette plaine dite "Zone à risque d’avalanche" que Luc, le guide des chevaliers, accompagné de son fidèle bras droit, Stéphane, a donné rendez-vous à ses acolytes pour entreprendre une magnifique aventure.

L’ambiance de retrouvailles et de rencontre est toujours joyeuse et conviviale chez les chevaliers de la montagne. Lorsque tout le monde est là, les 4 passagers en calèche, Jean-Joseph, Delphine, Vincent et Adeline, plus Béatrice la marcheuse de l’extrême et les 16 chevaliers actifs, le tour de table peut commencer. Chacun se présente et la mémorisation des prénoms devient le premier défi du voyage. Alors que la soirée se poursuit, Luc prend la parole pour faire un point général. C’est à ce moment-là que le déroulement de l’aventure va être complètement inversé.

"Chers compagnons, tout d’abord nous n’avons pas d’âne pour ce séjour alors j’espère que vous êtes prêts à faire de l’exercice. Ensuite, la météo risque de se gâter en fin de semaine alors nous allons inverser l’ordre du programme et commencer directement dans le dur dès demain. Vous êtes motivés ?"
"Oui, ouais, allez !!!". Crient en cœur tous les héros.

C’est donc dans un esprit d’entraide, d’union et de motivation que démarre cette aventure.

Jour 1 :

Visite de Bonneval-sur-arc, le bourg voisin, pendant qu’une équipe de motivés joue à faire l’âne jusqu’au lieu de bivouac du soir et c’est caillouteux et ça monte et il fait chaud. La cavalerie se retrouve ensuite au complet au pont de l’Oullieta pour manger un bon repas concocté par Guillaume, le magnifique intendant recycleur. C’est avec énergie que la montée sur les balcons en direction du refuge du Carro commence. Alors que les 4 calèches avancent sur le chemin, nos aventuriers se retrouvent face au « le passage de la mort », un amas de grosses pierres étendu sur 50 mètres de long. Même pas peur ! Deux calèches par deux calèches et tout le monde arrive à passer cette épreuve avec brio. La fin de la journée est très roulante, le groupe traverse le grand parc national de la Vanoise et s’arrête juste après au Plan des eaux avec une vue incroyable sur les glaciers des sources de l’Arc et sur l’Albaron, le lieu idéal pour installer le bivouac. Directement arrivé la grande tente se monte, une escouade va chercher l’eau, chacun se trouve un espace pour dormir à la belle étoile et le repas se prépare. C’est une rude première journée qui s’achève sous les étoiles et le froid de la montagne.

Jour 2 :

Dringggg !! Le soleil vient pointer le bout de son nez pour réveiller les derniers endormis. Aujourd’hui objectif refuge du Carro en passant par le lac du Pys pour une baignade obligatoire. Une équipe de 4 redescend les affaires de bivouac jusqu’au camion avec une calèche bien remplie pendant que le reste du groupe commence le trajet. Vincent, le marcheur au pied d’or, privé de son véhicule commence alors le chemin en marchant. Au bout de 2 heure l’équipe de 4 ne revient toujours pas. Mais Vincent ne s’arrête plus, il avance encore et toujours porté par la mélodie du fifre de Guillaume. Il avance si vite qu’il arrive finalement au lac avant les autres qui ont été retardés par la chute de Camille dans la descente, heureusement plus de peur que de mal. La baignade rafraîchit nos troupes, enfin sauf pour Anne (la brune) qui préfère quand l’eau est encore plus froide. L’après-midi, en plus de la randonnée, le groupe a le droit à quelques explications de Stéphane sur les glaciers et assiste à un combat entre Luc et un bouc qui est finalement gagné par Yvette et son expérience légendaire. Objectif atteint, la troupe arrive au refuge du Carro à 2 769m d’altitude pour une bonne nuit confortable et au chaud.

Jour 3 :

Photo matinale entre le lac blanc et le lac noir juste à côté du refuge.
C’est parti ! Les chevaux sont lâchés ! C’est une journée entièrement de descente. Le chemin reste tout de même assez technique et ça secoue beaucoup, au déplaisir de certains. Tout bon chevalier ne doit pas sous estimer un sentier et doit savoir rester vigilant dans toutes les situations. Petite pause baignade et repas, au menu salade du chef et boulettes anti-gaspi au couscous et chocolat.
Puis retour à travers le petit village de l’écho avec un gros transfert en camion vraiment vraiment bien chargé de tous les côtés pour rentrer au camping de l’Illaz. La journée se termine par une soirée jeux qui permet de mieux se rencontrer et de découvrir les personnalités et l’humour de chacun, surtout celui de Bastien qui est très doux et poétique.

Jour 4 :

Départ vers Bessans pour faire une rapide visite du village. Lors de la pause midi, en attendant le camion, le groupe a droit à l’émission « Question pour un chevalier » animée par Luc et Patrick le blagueur ambulant.
Alors est-ce que vous savez quel est le premier séjour HCE qui à été organisé ?
C’est maintenant qu’il faut prendre des forces car nos aventuriers s’apprêtent à gravir le plus haut dénivelé du séjour, plus de 400 mètres sur un chemin presque aussi raide qu’un mur d’escalade. Heureusement les renforts Clément et Agathe sont là !! Lors de la montée dans la vallée du Ribon quelques personnes ont réussi à voir les mystérieux chamois tout en haut de la montagne. Mais c’est à ce moment-là que notre ennemi a frappé pour la première fois et ce ne sera pas la seule malheureusement. Dans toutes les histoires et les aventures il y a forcément un ennemi à affronter, dans cette histoire c’est le mal de ventre. Il est arrivé doucement le deuxième jour chez quelques personnes puis il a commencé à contaminer de plus en plus de chevaliers et il continue aujourd’hui avec le vomi de Marion. Pour se défendre Anne (la blonde) a développé la technique riz/carottes, mais cela n’a pas suffit et il a fallu sortir l’artillerie lourde avec le combo banane/coca qui a fait du dégât.

Les 21 chevaliers, avec Béa et sa chaussure d’argent, en tête de cortège, arrivent finalement à Pierre Grosse, un petit hameaux de 3-4 maisons traditionnelles en grosses pierres. Un grand merci à Yvan de nous avoir ouvert son logis pour dormir à l’abri de la pluie. La pluie qui mouille un peu mais qui rapproche aussi car la belle troupe est alors obligée de manger à 21 dans la petite chambre de la maison. Jolie soirée sur l’histoire de HCE et premier moment musical avec les instruments du bord, casseroles, verres, cuillères et entonnoir.

Jour 5 :

Retour vers le camping par le lac (sec) de Soliet sur le chemin raide et étroit qui a causé la chute d’Adeline mais rien de grave. Un bonne sieste après toutes ses émotions, enfin pas pour Jean-Joseph qui est fortement attaqué par l’ennemi du voyage. Les chevaliers commencent alors la dernière grande descente à travers les cailloux. Tout se passe bien et ils arrivent en bas sans aucune blessure et avec le sourire. Au camping c’est opération douche... Un immense bravo à toutes les chevalières qui ont assuré pour toutes les missions hygiènes et pour le soin des passagères. Pour affronter la pluie du soir, le monsieur météo avait bien dit qu’il allait encore pleuvoir, Stéphane et Nassim ont construit un bel abri entre le camion et le marabout. Cela permet à l’équipe de manger au sec bien serrés les uns contres les autres. C’est dans cette ambiance conviviale que la musique et les danses démarrent. Accordéons et percussions jouent avec folies et tout le monde danse avec euphorie. La pluie a tellement peur qu’elle fuit.

Jour 6 :

Une journée initiation pour finir en beauté. Le matin, les voyageurs de l’intrépide retournent vers Bessans pour voir la piste de biathlon. Ensuite, dernière baignade dans le torrent d’Avérole avec des jeux et de la bonne humeur. Nos chevaliers sont fiers d’avoir accompli ce périple guidé par un bel esprit d’équipe tout au long du voyage.
Pour la dernière soirée c’est grand feu et cercle de parole pour que chacun raconte comment il a vécu cette aventure.
Nos héros sont remplis de beauté, de rencontre humaines et de découvertes.
C’est ainsi que s’achève notre histoire. Et c’est à vous maintenant de continuer à écrire une nouvelle histoire car les aventures avec HCE ça ne s’arrête jamais....