Sancy - Du 17 au 24 juillet 2021

17 septembre Reportages

Chantal, Isabelle, Erwann et Thierry, ainsi qu’Hervé, étaient accompagnés par Caroline, Elodie, Esther, Karine, Laurence, Sandrine, Franck, Gérard le vendéen, Gérard le normand, Gilles, Joël, Louis et Rémi, sans oublier notre nouveau compagnon à quatre pattes en « stage découverte » !

Nous sommes partis du plateau du Cezalier pour rejoindre le Sancy, avec un passage près du lac de Montcineyre et du lac Pavin.

Après une ascension costaud à travers prés et un passage sur de magnifiques sentiers en balcons, nous avons tourné le dos au Puy de Sancy dont le chemin est (trop) prisé par les randonneurs pour une pause réparatrice au Puy Ferrand (1854m) avant de redescendre dans la magnifique vallée de Chadefour, réserve naturelle nationale, avec sa source ferrugineuse Sainte Anne.

Le séjour s’est poursuivi sur le plateau du Guéry qui offre un paysage désertique et une vue imprenable sur le Sancy. L’ascension « technico ludique » (voir plus que ludique…) du Puy Gros nous a conduits au refuge de la Montille, havre de paix, pour une soirée mémorable au coin du feu avec dégustation d’une délicieuse truffade. Le séjour s’est clôturé au Mont Dore, avec baignade dans un étang à canard et petit tour en barque pour Isabelle. Merci Carole pour ton accueil dans ce jardin si bucolique !

.

Voici le séjour vu par Gérard qui a découvert pour la première fois la magie d’HCE :

A l’instar de l’âne Immenso, nouvellement recruté au sein d’HCE, j’ai effectué ma première randonnée au sein du massif du Sancy. Voici en quelques mots mes impressions.

1° La prise de contact

La soirée du samedi 17/07 au sein de la salle communale de Jassy, commune de St Alyre es Montagne, a permis de faire connaissance.

Le groupe est très diversifié tant en âge, de 18 à 88 ans, qu’en origine géographique et par les profils. Il y a quelques "nouveaux" d’autres plus aguerris. Pour les plus hardis, c’est la (re)découverte de la nuit à la belle étoile et de la gestion de son sac. La météo est un peu capricieuse avec un léger crachin. Le lendemain, nous nous répartissons : 3 accompagnateurs par joëllette et 1 accompagnateur chargé de conduire l’âne afin qu’il se familiarise avec les bases de son futur métier.

2° La relation avec l’âne Immenso

En effet, cet élément à part entière du groupe doit justement s’habituer :
• au fait d’être dirigé par différentes personnes pas forcément à l’aise avec cet exercice
• à porter un bât
• à rencontrer d’autres randonneurs, des animaux (chiens, bovins, ovins, ou autres congénères)
• à passer quelques passages délicats (gué, fil de clôture, barrière)

Au fur et à mesure du parcours, il a su comment évoluer devant ces obstacles : les débuts furent difficiles... mais il y a eu de la progression notamment sur les gués et les passages de barrière (parfois sans barrière !).
On peut toutefois dire qu’il a un tempérament calme et agréable. Les relations entre le genre humain et équin sont des moments de complicités qui aident à "se grandir".

3° Le défi « sportif »

Le parcours itinérant peut bien évidemment se résumer en termes de distance et de dénivelé. Ainsi les valeurs correspondantes, fournies scrupuleusement par Hervé sont déclinées ci dessous :

Date Parcours, distance et dénivelé
Dimanche 18/07 Nous partons de la salle communale de Jassy, commune de St Alyre es montagne, pour aller au lac de Montcineyre, nous campons dans une clairière bucolique, avec un total de 16,5 km et 450m D+.
Lundi 19/07 14,2 km et 320m D+ en direction le lac Pavin puis camping sauvage à proximité de la ferme des Ribaches en dessous de la chapelle de Vassivières. Garre au taureau qui nous surveille !
Mardi 20/07 Longue ascension vers le puy de Sancy puis redescente via les crêtes dans la vallée de Chaudefour pour deux nuits en camping sauvage. Seulement 11,1 km mais plus de 700m de dénivelé positif…
Mercredi 21/07 balade dans la vallée de Chaudefour, journée repos avec seulement 7,6 km et 240m D+.
Jeudi 22/07 Après un petit transfert jusqu’au lac de Guéry, d’où nous partons, direction le buron des Montilles via le puy Gros. Après avoir parcouru 7,5 km, le bivouac s’effectue autour du buron. Une nuit étoilée s’offre à nous avec en prime le tintement des cloches des vaches dans les estives.
Vendredi 23/07 Descente vers le Mont Dore via un chemin d’estives.

Ce parcours est complété par les tâches liées à l’accompagnement des 4 personnes handicapées, l’installation du bivouac ou du camping sauvage, l’aide pour la confection des repas, les douches dans les petits ruisseaux...

4° L’aspect humain

Au delà de l’aspect "sportif" c’est l’aspect humain qui prime. Ainsi, face à "l’enjeu", le groupe a su faire bloc pour pouvoir aller de l’avant. C’est dans une ambiance constamment positive que chacun d’entre nous a pris sa part. Cette synergie a permis de profiter des paysages montagneux de l’Auvergne sous une météo parfaite et dans un climat mêlé de sympathie et de chaleur humaine.

Indéniablement, ce type de randonnée amène à vivre une expérience où les relations et la solidarité entre les individus permettent de se surpasser. Par ailleurs, l’environnement, la nature et les paysages vont également vous transcender.

Gérard Moussion