Panorama sur les Ecrins - 20-27 août 2022

16 octobre Reportages

En cette fin d’été, nous avons apprécié la relative fraîcheur des Alpes du Sud, mais surtout la chaleur des échanges entre les différents participants à ce séjour 4 étoiles, dans tous les sens du terme...

Samedi 20 août 2022

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas dans un camping, mais dans un superbe gîte que l’équipe de cette semaine a rendez-vous : nous sommes accueillis chez Véronique et Jean-Marie qui nous ouvrent les portes de Pom’d’Ecrin pour la semaine. Le lieu est magnifique, tout proche du centre du village de Vallouise, dans le parc des Ecrins. Nous nous installons dans de belles chambres aménagées avec soin, ou, pour ceux que le trop de confort incommode, sur l’un des balcons aux étages du gîte.

Nous faisons peu à peu connaissance, et tentons de retenir les 26 prénoms des participants. 26 participants, mais pas d’âne, nous ferons donc sans. Isidore, notre vénérable intendant et Jocelyne, son efficace et dévouée assistante feront tout pour faciliter la logistique. Nos 4 passagers joelettes sont plus ou moins expérimentés, mais tous témoigneront d’une confiance sans faille en leurs accompagnateurs actifs tout au long du séjour. Quel plaisir d’avoir accompagné sur les chemins Marie, Brigitte, Kévin et Max, suivis de près par notre vaillant handi marchant Henri !

Il n’y a pas de néophyte chez les accompagnateurs actifs, parmi lesquels tous les âges sont représentés (il paraît qu’il y en a même une qui est arrière-grand-mère…). Yvette, Lili, Martine, Véronique, Elodie, Myriam, Alix, Pierre-Henri, Mickaël, Sébastien, Daniel, Dominique, Patrick, Mathieu, Marc, Jean-Marie forment la joyeuse troupe, sans oublier nos 3 pépites : les enfants Valentine, Noé et Thomas qui auront été bien plus que de « simples accompagnants », leur présence apportant une énergie inédite à notre groupe, très appréciée par tous. Une énergie qui nous sera aussi transmise tout au long de la semaine par notre AEM Aurélien, qui saura s’adapter au nombre de personnes, au terrain, à la météo en gardant toujours une attention à chacun.

Dimanche 21 août

Même si nous avons tous plus ou moins d’expérience à la joëlette, Aurélien reprend certaines règles de base indispensables. Le départ est vite donné pour cette journée « d’initiation », qui donne le ton de ce que sera la semaine : dans les Ecrins, ça monte et ça descend… et cette première journée ne sera pas si tranquille… Après avoir longé le Gyr, nous faisons notre premier pique-nique près d’une piste d’atterrissage de parapentes, qui permet aux enfants de s’occuper pendant la sieste : ils en comptent par dizaines. L’après-midi continue dans les bois, en direction de la cascade de la Pissette, dont le nom a l’air d’inspirer certains d’entre nous qui n’hésitent pas à s’y baigner dans le plus simple appareil : rien de tel pour ne pas mouiller son maillot de bain…

Le retour à Vallouise se fait par la « vieille ville », ses ruelles et son église typique. Le soir au gîte, certains s’adonnent à la pétanque ou au baby-foot, et la soirée est agrémentée d’un magnifique concert de clarinette, accordéon, guitare, on se croirait dans un festival de musique des Balkans. Les 50 ans de Martine sont arrosés par un (ou deux) verres de Clairette. Marc nous rappelle qu’ils fêtent également leurs 7 ans de rencontre… sur un séjour HCE.

Lundi 22 août

Nous partons pour notre premier bivouac, en direction de Chambran. La montée est assez régulière, longeons de jolis petits canaux, entretenus par des associations d’habitants du village, dont fait notamment partie Jean-Marie. C’est très agréable de monter dans les sous-bois et les canaux apportent un peu de fraîcheur. Le pique-nique se fait près d’une rivière où certains se baignent à nouveau. Nous arrivons après 600 m de dénivelé sur notre lieu de bivouac derrière le hameau de Chambran. Certaines cascades coulent encore malgré la sécheresse de cette année, ce qui permet à certains d’entre nous de prendre une douche revigorante après cette journée intense.


Nous avons la surprise de retrouver Domi et Jean-Jacques et leurs deux petites filles qui dîneront avec nous avant un bivouac sous une magnifique nuit étoilée…ponctuée du fameux train de satellites que nous voyons traverser le ciel. Les plus jeunes d’entre nous en avaient entendu parler, et nous expliquent de quoi il s’agit, nous évitant ainsi de craindre une invasion extraterrestre… Noé a compté plus de 50 satellites, c’est assez déroutant. Cela n’empêche pas plusieurs d’entre nous de profiter de la soirée, pour découvrir notamment le jeu Tac Tic et nous rendre compte que, malgré ses nombreuses qualités, notre cher AEM a du mal à perdre au jeu…

Mardi 23 août

Redescente en direction d’Ailefroide. Le manque d’eau nous fait utiliser une innovation HCE de cette année : le filtre à eau qui nous permet de prendre de l’eau directement des abreuvoirs. L’opération un peu longue nous laisse le loisir d’observer la faune locale et notamment des familles de marmottes qui semblent bien habituées aux touristes du coin.

La descente commence tranquillement… puis se corse un peu. Le chemin devient plus étroit, longeant parfois des pentes assez abruptes. Merci aux passagers qui gardent toujours confiance en leur équipage, sans jamais exprimer de crainte ou d’appréhension. Le pique-nique se fait au beau hameau d’ Ailefroide, surmonté par d’impressionnantes parois qui attirent une foule de grimpeurs. La longue redescente vers Vallouise est d’abord ludique dans la forêt, il faut contourner racines et autres obstacles, et nous terminons par un terrain plus facile mais moins plaisant : nous sommes contents d’arriver au gîte après plusieurs kilomètres de piste.

Le soir, Isidore nous régale comme à son habitude d’un succulent chili, arrosé de bouteilles de rosé que la maman de Kévin nous avait laissées. Certains prolongent la soirée par des parties passionnées de jeux de société.

Mercredi 24 août

Nous repartons ce matin pour une itinérance de trois jours. A notre habitude, nous sommes bien à l’heure pour partir, les voitures et le camion sont prêts pour faire le transfert vers le col de Pousterle… C’est sans compter les caprices de la voiture de Myriam qui commence à fumer dans la montée. Les gendarmes et la dépanneuse arrivent vite et le groupe peut repartir après quelques manipulations de voiture, avec 1h30 de retard sur le planning prévu… ce qui laissera le temps à Véronique et Jean-Marie de s’assurer que notre lieu de bivouac est libre.

La montée aux Têtes est assez roulante. Isidore (80 ans et des poussières…), n’hésite pas à manier la joëlette avec brio. Chapeau !

A l’arrivée aux Têtes, la vue est impressionnante, 360°C sur les sommets environnants : le Pelvoux, le glacier Blanc, et les villes de Guillestre, L’Argentière la Bessée, Risoul et la vallée de Briançon. Nous profitons de ce panorama pour prendre la traditionnelle photo de groupe, mais redescendons un peu pour profiter d’un pique-nique à l’ombre.




La redescente en passant par le lac de la Charbonnière nous mène à notre lieu de bivouac, bien nommé « Château Lebrun ». Le lieu est magnifique et fait honneur à son nom, nous sommes sur une sorte de plateau qui surplombe la vallée du Fournet. Les couleurs de la fin du jour sont superbes et font un somptueux décor à l’anniversaire d’Elodie.


Toute l’équipe dort à la belle étoile, nous décidons de ne pas monter le tipi, ce serait trop dommage de ne pas profiter de la magie du lieu et de ne pas dormir dehors… C’est une première pour Henri.

Jeudi 25 août

Le début de la montée à la Tête d’Oreac (2088m), qui sera notre sommet de la semaine, commence sur un terrain plutôt raide mais assez roulant, les équipages montent tranquillement jusqu’à arriver en dessous de la fameuse Tête… et c’est là que cela devient moins tranquille, et moins roulant.

Les joëlettes sont montées une par une. Tout le monde s’active, à sa mesure, et les 4 joëlettes sont finalement hissées en haut de notre point culminant. C’est un bel effort collectif, intense et efficace (les plus courageux sont redescendus 4 fois pour monter toutes les joëlettes, bravo !). L’émotion se lit sur le visage de certains de nos passagers qui mesurent les efforts de toute l’équipe. Le slogan d’HCE « la montagne pour tous », prend ici tout son sens. Que la montagne est belle, quand elle est partagée !

Nous redescendons vers les télésièges de Puy Saint Vincent, où nous ferons une pause pique-nique bien méritée. Belle redescente vers la Combe de Narrey Roux durant laquelle nous faisons semblant de ne pas voir les nuages noirs qui commencent à se former… Toilette dans la rivière pour la plupart d’entre nous, cette fois c’est une première pour Marie, qui ne semble avoir apprécié que moyennement les charmes de la toilette glacée…

Finalement, les nuages noirs qui menaçaient se transforment d’abord en une petite pluie « qui n’est pas prévue pour durer », pas besoin de monter le marabout. Mais de 5 min en 5 min, nous nous rendons à l’évidence : « RAS » signalé à la météo ne veut pas dire « rien à signaler », mais bien « risque d’averse sérieuse ». Nous nous décidons à monter le marabout, mais les affaires ont commencé à bien se mouiller et Aurélien prend la sage décision de redescendre au gîte.


Même si une nuit sous la pluie aurait fait partie de l’aventure et ne nous aurait pas effrayés, nous sommes bien soulagés à l’idée de dormir à l’abri, voire même de prendre une douche chaude pour nous réchauffer. Quel luxe pour ce séjour 4 étoiles…

Vendredi 26 août

Ce matin, nous prenons donc notre temps pour nous réveiller, pour faire sécher toutes les affaires au soleil. Nous ne ferons pas de joëlette aujourd’hui, la journée sera plutôt tranquille et cela nous convient bien après les émotions de la veille.
Une partie de l’équipe va rechercher les voitures restées au col de la Pousterle, pendant que les autres vont visiter la maison du parc des Ecrins.

Plusieurs animations et expositions nous font découvrir la richesse de l’environnement dans lequel nous avons passé la semaine, cela complète bien les découvertes que nous avons faites lors de nos escapades à joëlettes. L’après-midi se déroule tout aussi tranquillement entre jeux, balades, sieste, ping-pong, on se croirait presque en vacances !


Ce soir, en plus du traditionnel tour de table, nous fêtons Isidore et toutes les années passées à régaler les équipes des séjours HCE. Il prend sa retraite des intendances, nous avons bien de la chance d’avoir été les derniers à profiter de ses merveilleux plats. Merci Isidore et bonne retraite ! C’est la tournée de champagne pour tout le monde.

La soirée se poursuit au son de la musique et au rythme des danses fauteuil, pour clore une très belle semaine, riche en rencontres et découvertes de toutes sortes.
Nous garderons en tête les rires de Marie, la sensibilité de Max, les photos partagées de Kévin, le courage de Brigitte et la délicatesse d’Henri, entre autres pépites. Séjour après séjour, la magie HCE semble toujours opérer…


Alix Lépine