Le séjour à l’envers en Enneiruam Etuah

26 septembre Les séjours

Samedi 21 août :

Lionel, Samuel et Henri ont attendu la voiture de Daniel pour faire route ensemble, car Jamil a eu un accident. Seb aussi a eu un accident, le matin même en venant dans les Alpes.
Les premiers arrivés montent le tipi sur les conseils avisés de Franck et Luc.
Tout le monde est là pour monter le marabout et voilà notre camp de base installé et l’équipe parée pour la semaine.

Le repas est préparé sur les conseils de Laure, notre intendante pour le séjour. Pommes de terre, salade, tartinades apportées par chacun...
Au moment du repas, après un tour de table des prénoms, nous apprenons que Quentin ne serait pas des nôtres, victime d’une mononucléose… Un accompagnateur de moins, le séjour se présente sous les « meilleurs hospices »… mais restons optimistes !
Luc nous propose un petit jeu de cartes à piocher, dont il faut mimer le contenu. exemple : le fonctionnement du groupe, la communication en joelette, l’intendance et le repas auxquels contribuer… Quelques principes de base pour que le séjour se déroule bien pour chacun.
Il nous présente ensuite le programme de la semaine, qu’il a dû modifier pour s’adapter à la météo trop incertaine. Nous allons donc commencer par la rando de 3 jours jusqu’au refuge du Carro, et finir par celle d’initiation !! C’est cela, un séjour à l’envers...

Dimanche 22 août :

Encore bien des péripéties ce dimanche matin ! (Quand on vous parle de mésaventures...) Notre âne Imentso ne veut pas monter dans le camion en prévision du transfert…

Tant pis, le gros de la troupe part quand même !... mais reste bloquée sur la route à Bessans par une course cycliste : les policiers motards nous empêchent de passer. On regarde donc la course, applaudit les coureurs puis nous rejoignons le lieu de départ de la randonnée pour prendre le repas, à proximité du col de l’Iseran.

Jonathan, Franck et Luc nous rejoignent après avoir vaincu l’âne têtu… (malgré de multiples questionnements, on ne saura jamais comment ils ont fait !)
Enfin, les joelettes sont montées, les passagers installés, nous démarrons enfin la randonnée ! Il y a beaucoup de trous et de bosses sur ce chemin, il est caillouteux et étroit.

Nous arrivons dans les alpages, peuplés de troupeaux de brebis gardés par des « patoux ». Et Imentso ne veut plus avancer, carrément !! Nous l’attachons à l’entrée du parc d’alpage et cachons les bats afin de poursuivre notre course jusqu’au lieu du bivouac, le Plan des Eaux.

Mais alors que nous arrivons sur une partie très rocheuse du chemin, la pluie nous rattrape : délicat de ne pas glisser sur ces plaques de roche tout juste mouillées.

Heureusement, la pluie ne dure pas trop, et nous pouvons rejoindre avant la nuit le col où nous devons dormir. Pendant que certains d’entre nous redescendent chercher une partie du matériel resté en bas (faisant la rando deux fois !...), les autres montent le tipi, dans un vent à décorner... des boucs !! Bien montés, tarps et tipi ont tenu face aux bourrasques et nous ont abrités toute la nuit malgré le froid.

Lundi 23 août :
Brrr, les tentes sont givrées au petit matin et nous sommes réveillés par les aboiements des patous qui gardent les troupeaux. Bien qu’ impressionnants par leur taille, ceux-ci sont gentils, et se laissent même caresser... !!

Luc nous a réservé une belle surprise ce matin-là : Julien, qui travaille au parc de la Vanoise nous a rejoints et accompagnés toute la journée, jusqu’au refuge.
Pendant que certains d’entre nous retournent chercher ce qu’il restait dans les bats, et tentent de faire monter l’âne, (un troisième aller-retour pour certains : quand on aime on ne compte pas !!) il nous explique son travail et nous parle de la protection des troupeaux contre les loups. Les patous sont très efficaces pour les faire fuir, et permettre donc une certaine cohabitation entre les troupeaux et la vie sauvage. Nous rangeons le bivouac, et lorsque toue l’équipe est de retour, nous poursuivons notre chemin (toujours sans Imentso…)

Nous partons pour le lac du Pys où nous déjeunons. Après le repas, Julien nous parle des animaux et des plantes du parc, et montre des photos. On ne tarde pas à repartir, c’est qu’il nous reste encore la partie la plus technique pour arriver au refuge !! Sur le chemin nous rencontrons des randonneurs qui y vont aussi et nous proposent de redescendre nous aider sur la dernière portion difficile du chemin. Le rendez vous est donné à 17h.

Effectivement, la partie la plus difficile est pour la fin de notre trajet, car le refuge est au milieu des rochers ! On peine, la fatigue se fait sentir... Mais les randonneurs nous retrouvent, comprennent très vite le « langage » des joelettes, tirent, et nous montrent le chemin...! Ce sont les applaudissement qui nous accueillent en arrivant au refuge !! Que cette solidarité montagnarde est touchante !…

On prend le repas en commun avec tous les autres randonneurs, et on se régale !... Il y en a pour tous les goûts, carnivores, comme végétariens.
Cette nuit, nous dormirons au chaud, au sec, et dans un lit ! Il est très apprécié, après le bivouac givré de la veille...
De là-haut (2760 m), on a une vue sur les deux lacs : le lac Blanc et le lac Noir, et sur le magnifique massif glaciaire d’Albaron.

Mardi 24 août :
Le lendemain matin, nous retournons au camping par un joli chemin jusqu’au lieu de rendez-vous avec Laure pour le repas de midi, un peu plus haut que le hameau de l’Ecot. Quels jolis paysages, on ne s’en lasse pas…

Comme à la fin de chaque repas, Fred « s’occupe personnellement » du chocolat… et fait le service avec application !!… Puis nous repartons jusqu’à l’Écot, hameau tout de pierre bâti, où une pluie battante nous rattrape... Pas moyen d’y échapper...

Heureusement, Lise, Françoise, Daniel et Luc étaient partis chercher les véhicules pour le transfert retour et nous rentrons vite nous sécher au camping. On s’abstiendra de détailler ici la teneur des discussions dans le camion de Luc… ;) sur le chemin du retour, ainsi que les « mots doux » lancés par Thérèse à Imentso lorsqu’elle le retrouve au camping...
Ce soir, la préparation du repas se fait au chaud et au sec dans une salle du camping, tout en dégustant les bières que Clément a amenées… Christophe a bien essayé de faire un mojito avec le citron et la menthe prévus pour le taboulé, mais faute de rhum, il a renoncé, un peu déçu…

Pour ce qui est des douches, elles sont appréciées ! Comment dire ? Il y en avait bien besoin !

Mercredi 25 août :
Ce mercredi matin, on prépare le matériel de la seconde rando, tout en écoutant Daniel jouer de la clarinette ! Quel artiste !... Départ pour la vallée du Ribon (avec les instruments musique dans le camion… surprise !).

On traverse l’Arc à plusieurs reprises, puis le camion nous rejoint pour la pause déjeuner. Il faut prendre des forces, car la vallée du Ribon est tout là-haut !

On monte donc longtemps, longtemps... longtemps ! pour arriver, en course de joelettes (si, si !), au chalet d’Alpage de Grosse Pierre « aux Montagnettes », joli chalet tout en pierres où nous allons dormir : opération feu de cheminée, grâce au bois ramassé sur le chemin ! Le camion nous rejoint, et nous finissons d’installer notre chambrée.

Tout en préparant le repas ce soir-là, Franck nous soumet plusieurs énigmes fort... énigmatiques ! Et Christophe nous propose de dessiner une lune… jamais assez belle. Jamil, Franck, Daniel, et Marine ont bien failli tourner en bourrique avec tout ça ! Sans compter que Bénédicte a enchaîné avec l’histoire de la chèvre, du choux et du loup qui doivent traverser un pont. Que d’éclats de rire !!!

Avec le froid nous mangeons dans le chalet, puis Daniel, Seb et Françoise nous réjouissent d’un concert de musique trad’ : deux guitares et une clarinette, il n’en faut pas plus pour danser : n’est-ce pas Henri, ?!
La soirée se poursuit en chansons, accompagnés des guitares et de la clarinette. Quel joyeux moment au coin du feu !

Jeudi 26 août :

Le lendemain matin, on traverse le Ribon pour rejoindre le camping par un chemin qui finit par d’immenses marches de pierre, « les marches de Solier ». Heureusement auparavant, nous avons déjeuné dans les alpages et enfin expérimenté la fameuse sieste HCE ! Même Lionel s’est allongé dans l’herbe ! Lui qui avait fait de nombreuses chatouilles à plusieurs d’entre nous, a bien été taquiné par Christophe, cette fois-ci...

Après une longue course sur un joli chemin de moquette verte bordé d’arbres, nous retrouvons Imentso et le camion au camping. Nous mangeons sous les étoiles et allons vite nous coucher, pris par le froid !

Vendredi 27 août :
Et voici déjà vendredi, enfin la journée d’initiation à la joelette et de baptème !!…
Nous voilà partis pour Bessans découvrir l’entraînement des équipes françaises et étrangères au stade de biathlon. Laurent Vidal, directeur du domaine nous explique le fonctionnement du domaine et des épreuves de biathlon, ainsi que les méthodes de stockage de neige pendant l’été, pour démarrer la saison d’hiver au plus tôt.

Nous mangeons devant la chapelle Saint Antoine, avec une vue magnifique sur Bessans !!

Après une petite sieste, nous repartons pour les lacs de Bessans. Henri, Christophe, Claire, Lise et Samuel se baignent ! Franchement, il faut du courage.... Lionel, Seb, Luc, Jonathan, Thérèse et Françoise trempent juste les pieds dans l’eau. Brrr, glacée, comme il se doit !…

De retour au camping, opération rangement, comptage du matériel… Tout doit être prêt et rangé dans le camion pour le séjour suivant !
Notre dernier repas sera au bord de l’Arc, autour d’un beau feu de bois : au menu, ratatouille, pommes de terres cuites sous la cendre, et bananes chocolatées, avec bien sûr le traditionnel tour de table de fin de séjour… On rentre de nuit : une nouvelle pratique sportive : la joelette sous les étoiles ! (avec ou sans frontale ?)

Samedi 28 août :
Tout le monde se réveille un peu hagard ce matin, ça sent les « au revoir »… On prend un peu son temps pour petit déjeuner, et même pour fêter l’anniversaire de Françoise avec un magnifique « gâteau de tartines » !… Derniers rangements, dernières discussions, embrassades et on se quitte… On espère se revoir, on a passé une belle semaine et fait de belles rencontres ! Rendez-vous à l’AG fin novembre, ou bien lors d’un prochain séjour…

Le poète de notre séjour nous livre son écrit, ainsi qu’il aime le faire :

A peine arrivé au camping et l’ arrivé des gens,
changement de progamme, pas mal de débutants

On commence par du "dur".
vent tourbillonnant, pluie, froidure
puis l’ ane fait des siennes :
obligés de tout porter...

Le bivouac, et là, la claque :
on met tout ce que l’ on peut mettre à cause du temps :
tee shirt sec, pull, bonnet, écharpe et gants.
et le lendemain matin, le temps s’ est apaisé :
mer de nuage, crème, petit gilet
et Julien, propriétaire du terrain,
nous explique son royaume
pendant que quelques marteaux
redescendent le poids des choses et l’ âne, Mr Imenso

Pour la montée au refuge du Carro,
beaucoup de personnes nous ont aidés :
la joelette tirée, poussée, maniée,
les sacs à dos portés

Premier retour au camping
et luc, le randonneur de première classe,
a eu le feeling
Dernière grosse rando le lendemain,
nuit dans un refuge, concert improvisé par des musiciens,
certains chantent, d’ autres tiennent les lumières...
Chacun a sa place et se sent bien : je trouve ça super

Descente dans la vallée et plus de différence.
Plus de jeune, vieux, de pros de débutants,
tout le monde est fier de faire parti du mème clan

Déjà le dernier jour mais les surprises ne sont pas terminées :
regarder s’ entraîner les pros du biathlon, où Laurent, le responsable
nous donne quelques explications

Enfin manger , discuter, rigoler,
où quelques téméraires,
dans le lac à 16 degrés, se sont baignés...

Aussi, un barbecue improvisé : pomme de terre et pomme au chocolat braisés
avant de rentrer se coucher.

Déjà samedi et tout le monde sait ce qu’ il a à faire
ranger, préparer, laver.. avant de s’ étirer, jusqu’ au dernier..

Voilà, je vais terminer mais quelques mots en vous remerciant,
toutes et tous, pour votre dévouement

FRED

Merci Fred !