Vercor’niche - 18 au 25 juin 2022

10 août Reportages

Premier séjour, par où commencer ?

Même un mois après s’être séparés, nous nous souvenons encore des moindres détails de cette incomparable aventure d’une semaine se déroulant dans le Vercors, ce massif montagneux des préalpes, idéal pour réaliser ce que l’on était venu faire : randonner en joëlette.

Nous sommes le 18 juin. Plusieurs tribus, du nord, du sud, de l’est et de l’ouest se préparent pour se rencontrer, certains pourr pour la première fois, d’autres pour des retrouvailles, contents de voir qu’ils vivront un nouveau périple ensemble.

Laissez-nous vous décrire cette nouvelle communauté, née et rassemblée pour les mêmes raisons : partages, entraides, solidarité, nature et émotions.

Au rendez-vous, il y avait :

- quatre passagers joëlette : Aline notre marmotte sensible, Christophe cinéphile à l’accent chantant, Philippe, dit Phil le pirate, toujours avec le sourire et la belle Christine, une âme d’artiste ;
- Benjamin handi marchant et son sens de l’humour ravageur ;
- Christiane notre intendante, dynamique et à l’écoute ;
- notre guide Olivier et son jeune apprenti Emilio, toujours présents pour nous transmettre leurs savoirs ;
- Onze accompagnateurs : Anne et Claire, courageuses aventurières ; Robert et Norbert, forts d’expérience ; Emma et René, bienveillants et baroudeurs ; Michel toujours de bon conseil et courageux partenaire ; Delphine et Aghiles, comme nous deux, novices aux cœurs vaillants et nous Thibault et Noémie, heureux de vivre cette expérience accompagnés de tout ce joli monde.

Tout au long de la semaine notre mascotte Charlot, l’âne, a fait le travail pour nous porter festin et réconfort. Nous avons été également rejoints par un sage de l’association, Denis, le temps d’un repas puis d’une journée. Son savoir et son saucisson furent les bienvenus.

Après avoir fait connaissance, la veille, autour d’une belle tablée et d’une bonne nuit au camping, nous avons entamé notre première journée, d’abord en révisant le montage et l’utilisation de la joëlette (pour les nouveaux comme nous), puis nous sommes partis pour atteindre le col Saint Alexis, le col de Rousset et le col de Chironne.

En fin d’après-midi nous étions contents de poser nos sacs dans une accueillante clairière et de retrouver Christiane et le camion.


Le lendemain, nous sommes montés à travers forêt et plaine pour découvrir notre premier grand panorama, au « but de Nève ». Nous avons ensuite rejoint le « but de l’Aiglette ». Ce soir-là, nous nous sommes arrêtés au milieu de champs, avec en contre-bas, une vue magnifique sur le plateau.

La journée suivante, le temps a commencé à se couvrir, nous sommes allés jusqu’au « but de saint Genix ». Puis nous sommes retournés au camping par peur de l’orage. Ce qui était une très bonne idée, car il a plu les 3 jours suivants.

Le 5ème jour, après une nuit de pluie, nous nous sommes lancés dans une balade sous de gros nuages gris. C’est au moment du pique-nique que l’orage a éclaté, ne nous laissant pas le temps de terminer notre délicieuse salade. Nous avons donc vite remballé nos affaires, aidé les passagers à remonter sur la joëlette, et nous sommes rapidement redescendus de la montagne sous un déluge. Une descente mémorable !

Ce soir-là, nous étions bien contents d’être au camping, abrités sous le marabout et le tipi.

Jeudi, nous avons tenté de faire le tour du plateau de « la tête de la dame », mais le temps très orageux nous en a empêchés. Nous sommes donc redescendus tranquillement jusqu’au refuge de Tubanet où nous avons pu nous abriter et pique-niquer à l’intérieur, tous ensemble.

Nous avons ensuite rejoint la ferme d’Ambel, afin d’y rencontrer un historien passionné par la 2ème guerre mondiale. Il nous a conté l’histoire des premiers maquisards de la résistance du Vercors.

Le dernier jour, deux journalistes de France 3 Rhône-Alpes devaient nous accompagner durant cette journée . Cependant, l’orage étant trop menaçant, il nous était impossible de réaliser le programme prévu, cela était trop dangereux. Nous avons donc occupé l’après-midi en visitant le mémorial de la résistance du Vercors. C’était très instructif et ludique. Cette expérience fut clôturée par un très bon repas et beaucoup d’émotions.

Au petit matin du samedi, après un dernier petit déjeuner tous ensemble, les troupes se sont séparées ; Les au revoir se sont accompagnés de quelques larmes. En effet, après cette première expérience riche d’humour, de solidarité et d’humanité, nous en concluons que ce n’est que le début d’une longue aventure avec HCE !

Thibault et Noémie