Handi Cap Evasion

Rando du 15 novembre à Saute-Madet

Rubrique: Antenne d’Auvergne 1er décembre 2015

Personnellement, je m’étais préparée ce jour là pour une sortie HCE du mois de novembre… Donc, j’étais équipée d’une doudoune, de gants à « pois-pois », d’un tour de cou bien épais sans oublier les cache-oreilles pour la bise mordante.

En fait de bise et de froid, nous eûmes droit à une superbe journée chaude et ensoleillée de fin d’été. Aussi, je troquai vite mes cache-oreilles contre une paire de lunettes de soleil tandis que mon tour de cou devenait un hybride de voile et de chapeau.

Lorsque nous sommes arrivés au lieu de rendez vous des « pierrys », j’ai bien cru que Laetitia nous faisait une crise cardiaque en voyant le monde qui attendait là ! « Mais ça n’est pas à nous, tout ça ! » s’excitait notre Laeti qui avait plus l’air de paniquer que de s’enthousiasmer. Christian Delpirou toujours philosophe, répondit calmement : « Mais il me semble bien que si… je reconnais beaucoup de monde en tout cas ! ». Finalement, il s’est avéré que cet endroit de rendez-vous avait été choisi par HCE mais aussi par un autre groupe de randonneurs que nous avons d’ailleurs régulièrement croisé tout au long de la journée. Cela expliquait la cinquantaine de personnes massée là qui avait effrayé notre Laeti !

Après bien des bisous et des blas-blas, Christian De Rosso (l’instigateur de cette rando, je tiens à le préciser) a distribué aux passagers en joëlettes de jolies cartes façon parchemin d’autrefois, où le trajet dessiné était enjolivé de quelques précisions fantaisistes sur les curiosités du chemin, du style « bois des sorcières », « dragons endormis », « table des sacrifices ». Tout le monde s’est amusé de ces indications façon contes médiévaux (voir la photo de notre reporter Monique)…Ouais ! Ben on ne savait pas ce qui nous attendait !

Et nous voilà partis sous le soleil ; tout le monde est content du paysage, du nombre de participants, tant chez les accompagnateurs que pour les joëlettes. Nous sommes heureux de passer sur un petit pont moussu plein de charme, Monique s’active à mitrailler de photos tout son petit monde et nous filons vers le château de Montmorin, avec un pas d’autant plus alerte que Christian nous a prévenus que nous ne mangerions que là-bas : vous dire si cela a donné de l’ardeur aux mollets !

Et c’est vrai que c’est sans difficultés notables que nous sommes arrivés au beau château de Montmorin qui a gardé dans son allure comme dans la rectitude de ses tours, ce charme austère et typique des châteaux forts médiévaux.

Son charme impressionnant ne nous a cependant pas impressionnés au point de nous faire perdre l’appétit et nous avons donc sorti nos pique nique « hors du sac » comme le disent si bien les notes de préparation de sorties. Le site était magnifique avec un panorama à vous couper le souffle (voir les photos de notre reporter, Monique sans frontières).

Beaucoup avaient commencé une petite sieste quand la cloche de l’église sonna deux heures. Comme nous étions installés à ses pieds, je puis vous dire que nous avons TRES TRES bien entendu ! Ceux qui s’étaient endormis ont fait un bond sous leurs chapeaux.

Nous voilà repartis, toujours aussi gais et inconscients. Nous nous inquiétions bien plus d’un chien peu amène qui aboyait (Claire était terrorisée !) que des dragons endormis dans leurs poses de pierre. Puis Christian nous arrêta pour nous proposer deux chemins différents : un classique, l’autre plus « ludique ».

Il faut savoir que Christian est un être à part dont le sens des mots n’est peut-être pas tout à fait le même que celui de tout être lambda. Depuis ce dimanche, j’ai compris que « ludique » n’a pas le même sens pour lui que pour nous, car ce qui « amuse » Christian peut conduire d’autres à la panique (exemple : moi !)

Avec l’insouciance des grands gamins que nous sommes, nous avons donc bifurqué vers le « bois des sorcières » où (c’était un signe !) un froid de canard nous attendait. Il fallu d’abord traverser une toute petite rivière d’aspect inoffensif. En fait, elle était plus profonde qu’elle en avait l’air et glacée. Mais une fois de l’autre côté, seul un segment de chemin était praticable et nous devions retraverser la rivière pour pouvoir continuer. Bientôt les conducteurs des joëlettes eurent les pieds trempés mais continuaient courageusement le trajet.

Puis, une autre sorte « d’attraction » s’imposa : des arbres arrachés par quelque tempête, nous barraient le chemin. Ce fut d’abord un, puis deux et enfin, (le pompon !) un troisième arbre largement décollé du sol, dont la masse imposante portait l’obstacle à plus d’un mètre cinquante. Que faire ? Certains voulaient faire passer les personnes handicapées en dessous, d’autres au-dessus, d’autres enfin préconisaient de descendre à pied la rivière afin de trouver un endroit où remonter sur la berge… Finalement, la méthode retenue a été … de passer par dessus !

Je fus la première à être désignée pour le sacrifice. Plusieurs bras s’attelèrent à me soulever dont celui de Vincent, fort bien que léger ; notre chef Entradas a pris la joëlette « Manu Militari » et d’autres encore que je n’ai pas vus car, pour ne rien vous cacher, arrivée en haut du tronc d’arbre, j’ai fermé les yeux en récitant un « je vous salue Marie » bien tempéré ! (si !)

Une fois ce terrible moment passé, nous nous sommes dit : « cela va sans doute être moins « ludique » à présent »… Point du tout. Nous avons dû grimper un sous bois à pic, en slalomant entre les arbres, les branches qui nous fouettaient le visage et les ronces qui mordaient les bras des conducteurs : une horreur !

Nous sommes enfin sortis de ce sous-bois infernal et c’est avec un bonheur sans mélange que nous avons retrouvé le soleil et la chaleur.

Arrivés sur une petite route bien roulante et charmante, Christian nous arrêta de nouveau pour nous proposer deux chemins ! Je me suis dit : « Il ne va pas nous faire deux fois le même coup, tout de même ». Eh bien si ! Et tout le monde de se ruer sur le chemin « ludique » comme s’ils n’en avaient pas suffisamment bavé auparavant ! Les randonneurs HCE sont des masos, qu’on se le dise…

Sous un soleil encore bien ardent, nous avons donc grimpé une côte ardue, empierrée du tonnerre de Brest. Arrivés en haut, le panorama était enchanteur. Eric nous nomma les différents monts qui s’offraient à notre vue, tandis que Billom se dorait aux derniers feux du couchant. Nous étions tous là, (avec la randonnée du matin qui était arrivée avant nous) et nous admirions tout autour de nous ce paysage grandiose tandis que d’autres essayaient de se repérer grâce à la table d’orientation. En bas d’un des versants de notre colline, se trouvait notre point de départ, le lieu-dit des « pierrys », où nos voitures brillaient de leurs éclats de métal.

La descente fut joyeuse malgré les efforts et l’arrivée, un éclat de rire entre les rafraîchissements et la détente. Christian fut chaleureusement félicité pour l’élaboration de cette randonnée pleine de surprises (des masos, je vous dis !) et votre amie Fred invitée à en faire un compte-rendu. Je pense que vous saurez à quoi vous en tenir à présent quand Christian vous proposera une randonnée à caractère « ludique » !

Frédérique Marty.

Partager

Autres articles dans cette rubrique

S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

30 juillet 2017

A la recherche de (bonnes) photos !

L’association a un grand besoin de bonnes photos pour illustrer nos documents de communication mais aussi pour transmettre à nos partenaires et aux journaux qui veulent bien faire la promotion de nos activités.

Les photos devront être transmises avant le 13 octobre, par mail : hce@free.fr ou la.creuzette@free.fr.
Le résultat sera donné lors de l’AG. Il y aura une belle surprise pour les 3 meilleures photos !

Pour en savoir plus, c’est ici !

>> Concours Photos

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séours 2017