« Panorama sur les Ecrins » - 22 au 29 Juin 2019

Rubrique: Reportages 29 juillet 2019

4 Passagers Joëlettes (PJ) expérimentés - Carmen, bluffante et sportive ; Ludivine, aventurière passionnée ; Rodolphe, grand généreux à l’humour sexy ; Serge, la force tranquille ainsi que Béa (Handicapée marchante), active battante. 15 pilotes de joëlettes plus ou moins aguerris participent au séjour. 
Willy, nouveau AEM dans l’association, est notre chef d’orchestre pour la semaine. C’est son 1er séjour. Il remplace Frédérique, attendant un heureux évènement pour l’été. 

Cette joyeuse troupe est servie par notre couple d’intendants, Bernard et Édith. 

Elle est accompagnée de l’attachant et gourmand Charlot.

C’est parti pour 7 jours à la découverte des richesses du pays des écrins dans les Hautes-Alpes avec la canicule comme fil conducteur.

22/06 : Un bel accueil

21 personnes de différents horizons se rencontrent au gîte "Pom’ d’écrin" à Vallouise (1 200m), de nos hôtes Véro et Jean-Marie. 
Willy lance au dîner le jeu des présentations : celui qui prend la parole répète les prénoms de ces prédécesseurs : exercice de mémorisation réussi pour tous !
Après une journée de transport pour venir dans ce magnifique lieu, une bonne nuit de sommeil se profile dans ce gîte très confort.

23/06 : Prise en main de la joëlette et mise en jambe autour de Vallouise

Pour Béatrice, Loïc, Philippe et Séverine, c’est l’apprentissage de la joëlette, cette extraordinaire invention de 27 kg tout terrain ! Nous en avons des toutes neuves aux belles couleurs.

Loïc complète l’équipe à l’heure du pique-nique.
Nous randonnons sur une partie du GR54 qui fait le tour de l’Oisans et des Écrins. 

2 rivières alpestres navigables sont longées ou traversées : la Gyr et l’Onde, elles se rejoignent pour former la Gyronde. 
Le site et la cascade de la pissette impressionnent. En s’y approchant, c’est un rafraichissement garanti !

Jean-Marie officie comme guide touristique de Vallouise village (Église St Étienne, ancienne ferme de 1778).

Des groupes se forment pour une soirée jeux pour les uns ou une soirée footballistique pour les autres (8èmes de final de la coupe du monde féminine : France-Brésil. Victoire française au score de 2-1 dans la 2ème prolongation).

24/06 : Vue à 360°

Un transfert s’effectue pour se garer sur le parking du plateau de Pousterle ( = étroites ruelles médiévales à forte pente). L’interdiction de rester stationner en raison d’un tournage d’un épisode de la série Alex Hugo sur France 2 avec Samuel Le Bihan (hélas on ne le verra pas...), apprendra-t-on par la suite, oblige les chauffeurs des véhicules à un déplacement après la randonnée du jour.

De belles montées, surtout celle après le lac des Charbonnières (alt. 1849m), mènent à une vue à 360°, au somment des têtes, sur la vallée de la Durance et des glaciers (noir et blanc). C’est notre lieu de pique-nique. C’est juste un plaisir des yeux. 


L’abreuvoir près du bivouac est convoité pour recharger les gourdes,
effectuer la vaisselle, faire un brin de toilette ou lancer un concours de celui qui reste le plus longtemps la tête dans l’eau !

L’arrivée au bivouac au col de Pousterle est suivie d’un festival de charades, devinettes et histoires drôles... une régalade !!!
La soirée est sous le signe du chant, près du feu de bois. Muni d’un carnet de chants, des voix se font entendre dans une ambiance chaleureuse et conviviale. 

25/06 : Dans le vallon de Narreyroux
La descente est au programme dans le secteur du Pré Loubet (Alt. 1700m), la station de ski du Puy St Vincent, celle qu’on voit du gîte.

La randonnée du jour s’effectue à la fois dans un environnement bucolique/champêtre. Une partie est aussi sur le bitume. 
Le pique-nique est au bord d’un torrent.

La fraicheur de l’eau est saisissante mais fait un bien fou. …N’est-ce pas Bernard ??

Nous passons par la petite chapelle Notre Dame. Nous observons de l’extérieur les fresques murales. En rentrant, la douche est très prisée !
Ce soir, nous trinquons aux 32 ans de Willy. C’est (encore) une soirée festive !

26/06 : A l’assaut du glacier noir (Alt. 2035m)
Nous stationnons au parking du chalet-refuge du pré de Madame Carle au tarif de 2€ de droit d’entrée. C’est 1€ plus cher que le tarif de Rodolphe pour tous services demandés. LOL

Du renfort n’est pas de refus pour gravir ce sentier empierré et aérien. La parade n’est pas toujours possible. Isabelle, une amie de Véro et Jean-Marie sera des nôtres. Elle tient le très joli magasin de souvenirs à Vallouise.

Nous admirons la tresse (rivière en zigzag) et le versant morainique du glacier.
Deux marmottes sont vues sur le parcours mais furtivement.

La légende du pré de Mme Carle est enfin révélée au pique-nique. 

La journée se termine tôt. Nous sommes de retour au gîte vers 15h30.
Chacun vaque à ses occupations : portraits de Rodolphe et Carmen par Béatrice, jeu "Monsieur, je sais tout", tour en ville, promenade de Charlot resté au gîte par Daniel. 
La relève à la cuisine est assurée par Ghislaine, Mado et Nathalie en l’absence d’Édith et Bernard. 
Tout le monde est attablé pour écouter les recommandations du lendemain par Willy puis s’enchaîne une séance d’histoires drôles et charades. 

27/06 : Des montées d’enfer
Nous partons du gîte. Nous longeons la Gyr en direction du Puy Aillaud. C’est plus roulant que la veille mais ça monte sévère une bonne partie du parcours ! La corde est de mise. 

Nos muscles sont sollicités par un dénivelé montagnard (D+ 450m) dans ces montées (=pistes rouges de ski l’hiver) à perte de vue rendant cette randonnée endurante. 
Jacqueline, une amie de Michèle est avec nous pour les deux derniers jours. 
Le coin du pique-nique trouvé est à côté du départ des parapentistes. Nous ne verrons pas de décollage. Sur le retour, nous nous arrêtons à la terrasse d’un restaurant pour un goûter réconfortant et remplissage de gourde au tuyau d’arrosage. 
Le soir, sur une belle idée de Rodolphe, chaque personne handicapée, si elle le souhaite, s’exprime sur son handicap. Béatrice, Carmen, Ludivine, Rodolphe et Serge nous informe alors de leur maladie ou accident de vie. 

Pour tous, c’est un moment marquant d’écoute, de partage fort et enrichissant du séjour.

28/06 : Au cœur du Parc National des Écrins
Le parc des Écrins est l’un des 10 parcs nationaux. C’est un site réglementé et protégé.

Des passages demandent un pied de randonneur et de la vigilance. Carmen randonne une partie à pied. Nous perdons 2 de nos équipiers : un claquage au mollet de Philippe le fait abandonner avec Séverine.

Mais l’esprit HCE est là pour combler le déficit des forces.

Le fait du jour est la participation de Jocelyne, journaliste au quotidien, le Dauphiné libéré. Elle nous accompagne la journée et soirée, prends un temps avec certains d’entre nous pour des interviews et capte des moments par des photos.
Au pique-nique, l’instant de tranquillité à boire son café ou thé avec les pieds dans le torrent de Selle se transforme en une salve d’éclaboussures. La descente en dynamique s’effectue en 1h30, Au parking, Willy félicite l’équipe. Tout le monde se congratule. 

Au repas, Loïc ne quitte plus le barbecue. Nous lui soulignons la réussite des grillades. Nous fêtons 3 anniversaires (Willy, Dominique P. et Ludivine). 4 chanteurs (Édith, Mado, Dominique D et Dominique P.) font le spectacle en interprétant leur chanson sur l’air de Laisse Béton de Renaud.
La parole est prise par chacun pour un recueil des ressentis. Générosité, écoute, bienveillance caractérisent l’équipe. La relation humaine est primée durant ce séjour. 

29/06 : L’heure du départ
Nous vivons les dernières heures de la semaine avant que chacun reprenne la route, le train pour rentrer dans sa province. Willy repart avec Charlot pour une semaine de repérage pour préparer le séjour du Jura. 
Les au-revoir sont des pincements au cœur ; des larmes coulent sur les joues.


Ce séjour empreint d’humour, de musicalités est une riche aventure humaine ! La magie HCE a encore opéré.

Récit de Nathalie. Photos de tous …. Ou presque. Mise en forme (tardive) de Daniel

Article du Dauphiné Libéré du 30 juin 2019

Partager

Autres articles dans cette rubrique