Handi Cap Evasion

Maroc 2008

Rubrique: Reportages 9 février 2008

Deux récits avec des points de vue différents sur le séjour Sud Maroc du Nouvel An 2008, pour décrire un trek de 10 jours entre Zagora et Mhamid dans le désert marocain.

Voici les impressions de Sophie :

« Après avoir retrouvé le groupe à l’hôtel « La Vallée » de Ouarzazate, direction Zagora pour monter en 4x4 et rejoindre le groupe de berbères avec des dromadaires pour vivre une aventure extraordinaire. Pour moi, c’était carrément un "rêve réalité".

Nous avons traversé le désert de cailloux. On aurait dit un décor de film, c’était splendide !

Nous avons pu prendre de la hauteur en montant sur les dromadaires ; avoir la tête plus près du ciel bleu que c’est agréable. Ensuite, le désert de sable nous a ouvert les bras et les dunes se sont dessinées devant nous.

Nous avons grimpé dessus en joëlettes et même sans joëlette pour se faire une bataille de sable, après avoir eu une vraie tempête de sable pendant 2 jours. Les levers et les couchers de soleil étaient sublimes. Les paysages changeaient chaque jour et les berbères étaient au petits soins avec nous. A l’heure du thé nous avions des friandises faites par le cuisinier (crêpes, galettes...) différentes tous les jours.

Tous les repas avaient la même base mais ils étaient préparés différemment à chaque repas, c’était époustouflant, avec peu de choses, les berbères en faisaient beaucoup. Les soirées de musiques échangées entre les 2 groupes étaient fortes, par contre il faut qu’on étoffe notre répertoire français !

Merci à tous pour ce beau rêve »

- Sophie


Et le récit de Martine :

« HCE : ou « les chemins du possible » !

Rendez-vous à l’aéroport St Exupéry à 17h le 27 décembre 2007.

Un joyeux déménagement : 5 fauteuils roulants d’occasion offerts par la maison de matériel médical Gillet de Villefranche sur Saône qui resteront sur place, 4 joëlettes soigneusement révisées et emballées par Jean-Marie et Colette, Bernard, Bénédicte et Marti ; 16 randonneurs dont 6 personnes en situation de handicap ; et des sacs en veux-tu, en voilà… Il est vrai que bon nombre d’entre nous emportent aussi vêtements et matériel scolaire à offrir à nos accompagnateurs berbères et à laisser à l’association Horizon à Ouarzazate.

A mon arrivée, beaucoup s’esclaffent : « le désert, ce n’est pas les sports d’hiver » : j’ai opté, il est vrai, pour le gros anorak de ski. Ayant déjà fait l’expérience du désert en novembre, je connais la fraîcheur des nuits. De plus, là, on partait en hiver, et je sais aussi combien je peux avoir froid sur la joëlette. Bilan : je me féliciterai tout le séjour d’avoir pris mon anorak, et je retiendrai même l’idée de Sophie d’une immense couverture-cape en polaire facile à enfiler, qui couvre tout le corps souplement, sans serrer et dans laquelle on peut se mouvoir, au chaud, avec aisance… Et je me munirai de « chaufferettes » pour le pied du côté paralysé…

Accueil par Youssef notre guide marocain et son frère Brahim au rôle d’intendant qui sera chargé de veiller sur nous. Après une nuit courte ! 4h à l’hôtel et un petit déjeuner au soleil près de la piscine Sur la route, achat de chèche pour Hervé et moi.

Je ne reconnais pas Zagora ! En 2000, la piste débutait dès le carrefour noté « Tombouctou 53 jours » Maintenant la route a été bien goudronnée et de multiples lotissements sortent de terre, même quelques grosses maisons à 2 voire 3 niveaux, preuve de la volonté du roi de désenclaver le Sud. D’ailleurs, aux maisons et magasins, flottent drapeaux en signe de bienvenue au roi qui passera dans le temps de notre séjour désert…

Passage dans la riante vallée du Draa et ses oasis rafraichissantes : dommage, les quelques dattes qui restent accrochées aux branches des palmiers dattiers sont sèches…

Séjour entre reg (désert de pierres), traversée de gorges, passage de dalles au fond de l’oued Lmahsar asséché : il peut y avoir de l’eau en mars… Et erg (désert de sable) et ses douces dunes.

31 décembre Après quelques mini ablutions et lessives, un goûter royal de délicieuses crêpes, mémorable soirée de réveillon, nos amis berbères chantant, accompagnés d’instruments- bidons au sens propre, dansant autour du feu, tous les fauteuils animés ; notre grand François a même tourné dans un cercle portant Cédric dans ses bras, grand moment que Denis n’a pas manqué de capter dans son viseur…

Echanges par tirage au sort de petits cadeaux divers : chacun de nous ayant apporté un petit paquet : certains partagés dare-dare : bonbons, chocolats, miel… D’autres resteront attachés au cou, ou encore feront rêver : l’écharpe de l’équipe de rugby, le T-shirt HCE, le livre des plus beaux villages de France… Bon dîner, très bon comme tous les repas ! puis, partage : de fruits déguisés apportés de France : nous étions 3 à avoir eu la même idée ; quelques alcools : Genépi et marc de champagne entre autres…Convivialité oblige…

La première aube de 2008

Jeudi 3 janvier 2008 Nous avons eu droit à une journée de RTT ! = Récréation Tout Terrain ! A savoir : lever à l’heure souhaitée, matinée libre, farniente possible…que nous avons consacrée à une grande lessive ensemble ! Bénédicte avait même apporté des épingles à linge et le séchage au vent et soleil se fit rapidement.

Aurte moments :
- forts : Sophie puis Cédric sur les dromadaires

- de folie douce : Aspersions mutuelles de sable et glissades en bas de la dune pour Cédric, Jérôme et Sophie, Jean-Marie, René et Marti bien actifs …

- insolites : visite des 3 Suisses : Rencontrés à l’arrivée à l’hôtel le 1er matin et revus en plein milieu du désert alors que je trônais paisible sur la fameuse chaise-pot d’HCE « cachée », du moins le croyais je, derrière une dune, face au soleil …Et on a papoté, échangé sur notre périple, nos impressions, là comme ça, tout simplement…

- de partage de passions, de découvertes : Théatre, Feldenkrais, Qi Gong, psycho-généalogie… Echanges d’adresses, de sites internet, de « trucs »…

Je tiens à saluer aussi la prouesse d’Hervé et de Frédéric, handicapés marchant qui ont marché malgré les pierres du reg, le sable de l’erg, Frédéric tenant parfois, souvent même, le rôle du cheval devant la joëlette !

- Le dernier jour à Ouarzazate
- Visite guidée de l’association Horizon des handicapés, un lieu dont la tenue et le professionnalisme étonnent et émeuvent : atelier d’orthopédie, espace d’expression, atelier de rééducation- kinésithérapie, salle de psychomotricité et expo- vente… « Au cœur, il n’y a plus de handicap »

- Avec Brahim : découverte d’une herboristerie : achat de gingembre, thé à la menthe, 4 épices, ras el hanout très parfumé, apprécié dans les soupes, les tajines etc…
- Après des douches bien appréciées, dîner à l’hôtel, bilan du séjour et… petite nuit de 3H…

Nous ne remercierons jamais assez l’équipe berbère : - Mustapha à la cuisine, divine, nous concoctant des mets équilibrés, beaux, parfumés pour nous réjouir les yeux, chatouiller agréablement car très subtilement nos narines et flatter nos papilles gustatives. Mets servis avec grande délicatesse, souci des couleurs par
- Brahim, ange-gardien veillant à notre bien-être

- le jeune et grand et fringant Hassan qui a, de suite « senti » et manœuvré de main de maître, la joëlette mais qui était épuisé le dernier soir tant il s’était donné !...

- Ali que toute l’équipe et surtout Jérôme appelait avec force lorsque la faim commençait à nous tirailler et sans lequel je n’aurais pu escalader la grande dune mais qui sut me tenir gentiment mais efficacement à la manière d’un bon fils

- Lahcen, silencieux mais très présent

- Oulaïd qui nous a accueillis puis retrouvés : il était avec nous mais aussi au village avec Fatima, la dame de ses pensées qu’il venait d’épouser…

- nos chamelier (avec 4 dromadaires) : Youssef et, notre chamelier-boulanger Mohamed

Ah ! Les galettes cuites dans le sable, servies chaudes, croustillantes, irrésistibles ;

Ah ! Les crêpes du jour de l’an, tartinées de crème d’ipomée (si appréciée de tous qu’une commande de 28 pots fut passée à Youssef qui dévalisa les magasins pour n’en rapporter que 18 le dernier jour) ;

Ah ! Les beignets trouvés tout chauds après l’escalade en plein vent de la plus haute dune du coin, (cf. : de la relativité des choses de ce monde) et fourrés avec délectation de cette même confiture-compote dont la texture et la saveur pourrait rappeler celle de la crème de châtaignes…mais qui est faite avec des patates douces vanillées

Et « l’apéritif berbère » servi avant chaque repas et au goûter et les craquantes « grignoteries » de 10-11h au break de la rando du matin…

…Tous souriants, attentifs, serviables n’hésitant jamais à donner la main là où le besoin se faisait sentir, le devançant même…, tous soucieux de notre confort, veillant bien à soulever les brancards avant de la joëlette pour nous éviter de trop grandes et pénibles secousses ce que, avec ma côte cassée suite à une chute le 20 décembre, j’ai particulièrement apprécié !

Et, bien sûr, toute l’équipe d’accompagnateurs, pour certains reporters-photographes HCE :

Bénédicte, Marianne, Viviane, Bernard, Ddenis, Kjell, François, Jean-Marie, René et notre accompagnateur, Marti qui nous ont trimballés, accompagnés au bras, avec qui nous avons ramassé fleurs sèches, sable et pierres parfois fossilisées, avec qui nous avons ri…

Parlerai-je de mes regrets ?

- n’avoir pu marcher assez, sentir assez longtemps, sous mes pieds, le sable doux rééducateur mais en hiver, les journées sont courtes, la nuit et… le froid tombent vite et il fallait s’assurer d’avoir retrouvé le bivouac…

- n’avoir pas réussi à ressentir, cette fois, l’infinitude du désert, sa force d’apaisement …sauf aux aurores et au crépuscule : magie du ciel, de la lune et des étoiles… Merci encore à Denis qui sait « lire » le ciel Sans doute étions nous un peu trop nombreux 16 HCE et jusqu’à 10 accompagnateurs berbères…

Peut être faudrait-il envisager un trek sans véhicule avec seulement des chameaux ? 10 en avions nous dans le grand erg oriental Tunisien en 1998 pour porter les matelas et nos bagages (réduits) avec seulement 4 chameliers, 1 boulanger, 1cuisinier et 2 aides Mais ! il n’y avait pas de personnes en situation de handicap, seulement 2 jeunes enfants qui ont fait une partie du trek à dos de dromadaire…

L’avantage d’un trek sans véhicule est de pouvoir s’enfoncer plus avant dans le désert, d’éviter les campings qui se multiplient à l’envie et jouir davantage du silence, du rien qui est tout …

Néanmoins, cette nouvelle expérience HCE, mon quatrième séjour, mais le premier à l’étranger, restera une expérience forte où l’organisation au cadre-béton, très fiable est un gage de sérénité pour nous et pour tous ! (même si, à l’intérieur du cadre nous nous autorisons bien des « délires »…) et où les valeurs d’HCE : la montagne, la nature pour tous, unis par le désir de surmonter les difficultés ensemble sont réaffirmées en actes, au quotidien, avec force.

Il me reste maintenant à m’inscrire pour un nouveau séjour que j’espère de plus en plus marchant pour une nouvelle aventure humaine riche d’enseignements… »

- Martine

Tempête de sable !

Partager

Autres articles dans cette rubrique

S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séours 2017