Derniers préparatifs avant le début de la saison

Un article précédent avait fait état du travail effectué par l’équipe chargée de l’entretien du matériel. Si tout avait bien été trié, nettoyé, réparé et remis en place dans chaque véhicule, il restait un chantier "mise en peinture" des joëlettes "dernière génération".
En effet, malgré un soin particulier apporté l’an dernier, les joëlettes donnaient des signes de vieillissement prématuré. Aussi, l’équipe a convenu de démonter les 8 joëlettes neuves pour qu’elles puissent passer en atelier d’une société spécialisée.



Elles se sont retrouvées en pièces détachées et quelques semaines plus tard, après un aller-retour du Gard vers le Grand Est, sont revenues pour être remontées. Olivier chargé entre autres, de cette opération, vérifie l’état des pièces avant montage.




L’épaisseur de la peinture a nécessité des interventions supplémentaires.
La fidèle équipe constituée également de René et Bernard, peut être fière devant cette prouesse de remontage faite en 3 jours !
Voici les joëlettes rutilantes.


Un souhait et une vive revendication : que tous les utilisateurs en prennent soin pour que cet équipement reste en état le plus longtemps possible !

C’est à St Jean de Bournay, chez Colette et Jean-Marie, que les intendants se sont déplacés ainsi que les AEM et des membres du CA. Cette rencontre se passe en plusieurs temps, tout d’abord par la transmission de consignes sur l’organisation d’une intendance, indispensable cette année avec une équipe rajeunie de 5 nouvelles recrues. Les échanges continuent autour d’un pique-nique partagé.






Après ce temps convivial, place à la suite du programme. Les équipes vont alors se constituées autour des binômes "AEM-intendants" pour transmettre les informations utiles pour une bonne préparation d’un séjour. Pendant ce temps, l’inventaire des nouveaux équipements de l’intendance se faisait devant des élèves studieux.


Il s’agissait de tester les nouveaux brûleurs et le montage des nouvelles bouteilles de gaz. Une démonstration pour l’allumage des nouvelles lampes, s’est également avérée utile ! Ne pas confondre le rouge et le vert !

C’est en fin de journée, que le montage d’un marabout a fait l’objet d’une attention particulière pour éviter les poches d’eau et les prises au vent que les structures métalliques apprécient guère. Ce chantier était placé sous haute surveillance !


Autre test "grandeur nature", avec une nouvelle bâche bivouac plus légère certes, mais sans doute un peu trop fragile. A suivre donc !

La plupart des participants est restée pour le dîner préparé par Colette qui assure également l’animation de la soirée !


Le lendemain a réuni les membres du CA pour leur réunion printanière et en fin de matinée, l’équipe des AEM est venue exprimée le fruit de ses réflexions. Ce moment toujours fructueux permet d’avancer dans le même sens.



L’ordre du jour n’était pas épuisé et après le repas du midi, a commencé l’étude des nombreuses candidatures pour le futur trek "Pérou 2020". Il aura fallu 1 heure et demi d’échanges pour finaliser la composition de l’équipe.

Bons séjours à tous !

Partager

Préparatifs pour la saison 2019

Alain et Cathou, adhérents de HCE, mettent à disposition les dépendances et leur maison de Cazerneau située en bordure de la Cèze.

Le chantier va se dérouler sur une semaine, avec la présence assidue d’habitués dont les missions sont désormais bien définies.

Les 2 véhicules conduits par Bernard et Dominique, ont quitté leur garage de Voreppe pour être tout d’abord vidés de leur contenu.



Chaque équipement est ensuite examiné, contrôlé, nettoyé, et réparé si besoin.
Il s’agit du matériel d’intendance avec en pièce maîtresse, les marabouts. Claire et Jean-Paul vont former un duo efficace !


Une structure ayant été entièrement endommagée l’an passée, il a fallu en adapter une nouvelle en remplaçant les ressorts par un système de montage plus fiable, tout en mettant des scotch de couleur sur chaque piquet pour leur assemblage.

Puis vient le temps de vider les malles et de faire leur inventaire, jusqu’à compter les petites cuillères !


Pendant ce temps les réparations nécessaires sont faites en atelier animé par Bernard et René, ainsi que des adaptations pour les nouveaux réchauds et leur paravent avec un test "grandeur nature".


Quant à l’atelier "couture", il sera occupé par Dominique qui va réparer différentes housses ou en concevoir de nouvelles pour les bâches bivouac renouvelées.



La fabrication de 18 sacoches pour les joëlettes, était également au programme.


Le matériel de couchage (duvets, draps polaire) est amené au pressing, les tapis de sol et les protèges jambes vérifiés, les housses de coussins sont nettoyées et reconditionnées avec l’aide de Monique venue prêter main forte en fin de session.



Et enfin, dans l’atelier "mécanique" le trio de choc composé d’Olivier, René et Bernard, s’active autour des joëlettes. Il s’agit de vérifier leur état et de faire quelques réparations qui, cette année seront mineures du fait de la fabrication de joëlettes nouvelles l’an passé.



La peinture des joëlettes "nouvelle génération" n’ayant pas tenu, il a été décidé de les démonter entièrement pour qu’elles soient peintes dans un garage.
Gageons qu’une fois remises à neuf, les utilisateurs en prendront soin pour allonger leur durée de vie.


Et pour donner satisfaction aux amateurs de la joëlette à pédalier, Olivier s’est affairé pour apporter les dernières adaptations qui amènent plus de confort à l’équipage (amortisseur central, frein à disque ...).

La voici en pièce détachée, puis selon ses différentes étapes de montage.




Toute cette belle équipe répondait avec plus ou moins de spontanéité (!!!) à cet appel lancé par Alain "à table" ! pour retrouver en cuisine Isidore, fidèle intendant lors de ce rassemblement annuel. Durant cette session, il a concocté de bons petits plats avec toujours autant de plaisir et de compétence.


Merci à tous pour cette disponibilité, ce savoir-faire et cette bonne humeur.

Rendez-vous à l’année prochaine !

Partager

Week-end studieux à Fontaines sur Saône ... mais festif aussi !

Nous sommes en janvier, il est temps de réunir le conseil d’administration. Malgré l’absence de Domi et René, l’ordre du jour est dense : bilan de l’AG, point sur les inscriptions en séjours, préparation de la saison 2020 (eh oui, déjà !), point sur les intendants, les covoitureurs, communication, préparation finale de la réunion du lendemain, ... et sélection de l’équipe pour Madagascar. Vous le saviez : nous avions dû anticiper la fin des candidatures pour les passagers, pour que ceux qui ne partiraient pas puissent tout de même avoir un séjour estival. La sélection des actifs fut simple : 13 candidats pour 13 places, hop ! L’affaire est dans le sac !
La journée est longue mais efficace, nous réussissons à aborder tous les sujets dans les temps.

La balade nocturne et fraîche d’une heure est bien nécessaire pour certains-es

Au retour, la salle est prête à accueillir nos amis de Rèves de ... et les participants à la réunion des groupes locaux du lendemain.



Sandrine, accidentée juste avant l’AG et toujours en centre de rééducation a pu négocier une sortie exceptionnelle pour la soirée. On apprécie son sourire. Une vraie battante !

Une raclette avait été suggérée et l’idée était bonne, sauf peut-être pour l’installation électrique de la salle qui a eu quelques difficultés avec les 3 appareils à raclette.


Dimanche, on s’y remet : les représentants des antennes et association HCE étaient conviés pour un bilan de l’année écoulée et leurs perspectives d’avenir. Laurence mène de main de maitre la réunion, secondée par Simone. Là encore, l’ordre du jour est dense.




Mais les débats sont efficaces et chacun peut partir vers 16h30. En fonction des intempéries (pluie violente, neige), quelques parcours furent mouvementés, mais nous sommes tous contents de ce we convivial et amical.

Partager

A propos de l’histoire d’Handi Cap Evasion

Quelques moments forts de l’histoire d’Handi Cap Evasion ont été évoqués lors de notre dernière AG. Difficile de tout retracer tant l’histoire de notre association est riche.

Il nous a semblé intéressant d’évoquer le texte écrit par Stéphane Maurice (neveu de Joël Claudel), grâce à qui la belle aventure d’Handi Cap Evasion a débuté. C’est sans aucun doute cette soif de découvertes, cette volonté d’aller voir au-delà des montagnes malgré le handicap qui a tout déclenché :

«  C’est tellement plus beau !

Au bout de mes rêves :
A l’instar de beaucoup de gens j’ai envie de vivre intensément que ce soit dans ma tête ou avec les quelques moyens physiques qui me manquent, et je ne peux m’empêcher de jeter un regard apitoyé sur tous ceux qui ne font rien de leur existence, par manque d’intérêt, d’idée, par apathie tout simplement.
Pour difficile que soit la vie d’une personne handicapée elle peut être étonnamment enrichissante et j’ai toujours voulu aller au bout de mes rêves. Chaque fois que j’ai regardé une montagne, j’ai souhaité aller voir ce qu’il y avait derrière. Et c’est pour ça que Joël a inventé sa drôle de joëlette. Un siège sur une roue qui permet à ceux et à celles qui ne marchent plus, ou difficilement, de se faire brinquebaler dans tous les sentiers. A eux la joie des brûlures du soleil ou du froid, des moustiques et des campements sommaires. A eux aussi les petites fleurs au bord du chemin, le soleil couchant, les matins radieux, les balades en toute amitié.
Pour ma part, je ne peux me séparer d’un appareil respiratoire qu’il faut donc embarquer. Avec un âne pour porter, c’est plus simple, avec un sac à dos, c’est plus sport mais Brigitte Bardot est contente.

Les esclaves en prennent à leur aise :
Parfois le vent m’étouffe à moitié et ça fait rire les copains sans cœur qui se vengent d’avoir un peu transpiré en me promenant. Pour être juste, je me refuse à leur prêter mon appareil respiratoire même quand ils sont à l’agonie. Je ne suis quand même pas responsable de leur manque de forme. Plus romantiques sont les sorties en forêt mais alors les esclaves en prennent trop à leur aise.
J’ai envie aussi de vous parler d’une promenade de santé dans les escaliers et autres chausse-trapes des château Cathares. Ah, l’accessibilité en ce temps-là !
Et s’il m’est arrivé de bivouaquer je peux vous dire qu’alors j’ai regretté mon lit et ma télé. Mais qui ne sait jamais demandé ce qu’il faisait dans la galère. La réponse vous la connaissez, vous savez que « c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ».
{} »

Une autre évocation, importante pour notre association, c’est la revendication du droit au voyage. Le texte de François Souchot écrit sous le nom de Dolsky, au début des années 90 démontre que la joëlette et la création de notre association avec ses projets jugés un peu fous arrivaient au bon moment :

« Il y a 20 ans, voyager était encore un luxe pour quelques personnes handicapées fortunées, et une chose impensable pour la plupart des autres. Par définition, le voyage était réservé aux individus en bonne santé, en pleine possession de leurs moyens physiques. Souvent, celui qui partait au loin dégageait autour de lui une odeur de souffre et d’aventure. Il n’y avait rien de plus opposé à cette image exotique, que celle de la personne handicapée, figée dans une immuable immobilité. Le handicap était un tombeau.
Pour casser cette mentalité rétrograde, il fallut le grand mouvement d’autonomie de la période post-soixante huitarde qui revendiqua un statut social plus digne pour la personne handicapée. Si les combats pour l’égalité durent toujours, depuis, beaucoup de batailles ont été gagnées, et notamment celle du droit aux loisirs. Plus personne aujourd’hui n’oserait affirmer, si toutefois il le pense, qu’une personne handicapée, si elle est clouée dans un fauteuil, doit rester bien tranquillement chez elle et surtout ne pas bouger.
Dès lors que la société (au moins sur le papier) se libérait du regard apitoyé qu’elle portait sur le monde handicapé, beaucoup de changements s’avéraient possibles : finie la culpabilité lorsque nous exigions le droit et l’accessibilité aux transports ; fini également de se regarder soi-même comme un zombie ou comme un être futile et fuyant sa condition, sous le simple prétexte que nous voulions partir ; fini surtout, de se voir interdire la liberté de se mouvoir, qui conditionne toute nos autres libertés. Nous pouvions enfin nous confronter au rêve !
 »
Texte écrit par François Dolsky, écrivain, passager joëlette, en 1992, participant au 1er séjour Maroc organisé avec l’APF Isère.

Et pour ceux qui veulent revoir le montage vidéo réalisé par Anne-Sophie Roche, à l’occasion de notre AG anniversaire, le voici :

Partager

Convocation Assemblée Générale 2018

Notez sur vos agendas la date de notre prochaine Assemblée Générale ! Elle aura lieu les 24 et 25 novembre à la salle Joliot Curie à Vénissieux, à partir de 14h.

Ci-dessous :
- la convocation à l’Assemblée Générale,
- un pouvoir à nous retourner si vous ne pouvez participer,
- le bulletin d’adhésion 2019

Convocation AG 2018
Pouvoir AG 2018
Bulletin d’adhésion 2019

Cette année, si vous le souhaitez, il est possible de payer son adhésion et son inscription à l’AG par Internet via le site Helloasso.

Propulsé par HelloAsso
Propulsé par HelloAsso

Partager

Page 1.5