Les tribulations de Claire en Auvergne

Au bout de 1 300 km, voici Claire arrivée dans les volcans.
L’occasion pour elle de se loger chez des membres de l’antenne Auvergne et de profiter de quelques heures de repos.

L’antenne s’était organisée pour accueillir dignement Claire, essayant d’être à la hauteur de l’exploit.

Après avoir bu un café avec son neveu qui a récemment repris une boulangerie -pâtisserie spécialiste des fameux cornets à Murat, Claire est arrivée jeudi midi à Clermont avec Loïc de retour d’un déplacement à Montpellier.

Son séjour dans la capitale du plus beau pays du monde ou presque, selon l’UNESCO, a commencé sur le campus universitaire des Cézeaux où elle s’est arrêtée pour récupérer les clefs de Claire et s’est poursuivi à l’Atelier Generous, un restaurant végétarien du centre ville, où elle a retrouvé les assiettes en bois créées par un de ses voisins. Le monde est décidément tout petit !

Jeudi soir, en attendant Christian, elle s’est baignée dans l’univers animé de l’AMAP de Bien-Assis et a discuté plantes avec Aurélie, une productrice de tisanes, baumes et aromates installée au fin fond de l’Auvergne.

Journée repos le vendredi durant laquelle elle est partie à la chasse de fruits et légumes pour remplir les placards de Christian qui n’avait que des BN et d’un atelier de réparation pour faire l’entretien de son vélo.

Samedi, elle a découvert que les volcans de la chaîne des Puys pouvaient encore se réveiller à l’occasion d’une conférence sur le Volcanisme dans le Massif Central organisée par l’association Handilettante à laquelle Alain avait entraîné une bonne partie de l’antenne Auvergne. A l’issue de la conférence, une soirée organisée en mode impro : apéro chez Krystina et repas du terroir chez Franck !

Le lendemain matin, Isidore lui avait concocté un accueil en fanfare sur le marché d’Aubière : joëlette, kakemono et une douzaine de joyeux lurons de l’antenne Auvergne pour parler d’HCE et du séjour Pérou 2020.

Soleil, échanges et bonne humeur étaient au rendez-vous ! Le premier s’est éclipsé en début d’après-midi alors qu’Aline, Isidore, Franck, Claire et Christian faisaient découvrir à Claire le Puy-de-Dôme dont les auvergnats sont si fiers !

Pour mieux comprendre ces paysages superbes, et pour réviser les connaissances nouvellement acquises, il fallait approfondir la question.

La joyeuse troupe ne s’est pas découragée pour autant et a affronté humidité, brouillard et vent pour profiter d’une vue exceptionnellement nébuleuse une fois au sommet…

C’est sous un ciel plus clément et accompagnée de Franck et de Karine que Claire est repartit lundi matin, direction Vichy chez Gérard !

Pour suivre Claire : https://perou2020hce.wordpress.com/

Partager

Puy de Côme, pas si commun !

Les retrouvailles sont bonnes : tout le monde s’embrasse pour se souhaiter la bonne année.

Il y a 3 passagers joëlette : Valérie, Sandy (alias Schumi) et Floriane plus notre vaillante Élodie qui marche.

Il y a un bon petit groupe composé d’accompagnateurs actifs et de simples accompagnateurs : Françoise, Alain, Jean-Luc, Christian dR, Christian D, Patricia et sa gentille toutoune Délila, Aline et sa fille Lauriane, Marc, Krystina, Laurence B, Laurence A, Christelle, Franck, Claire, Olivier, Romain, Bastien, Gérard, Alpha et Évelyne, Chrystelle.

Désolée si j’ai oublié quelqu’un mais ma mémoire me fait défaut malgré les quelques notes prises durant le chemin.

Nous voilà tous équipés et hop 3-2-1-GO ... le départ est annoncé.

Objectif : le Puy de Côme.

Nous passons tout d’abord sur un chemin en sous bois : le chemin des noisetiers pendant 5-6 kms environ.

Et après une grande montée finie à pieds par Floriane au bras de Françoise et Valérie au bras de Laurence , nous voilà arrivés au Puy de Côme.

Là, nous contemplons le paysage qui nous entoure.

Au premier plan, on aperçoit le Puy de Dôme et la chaîne des puys. Plus loin de nous, nous voyons le Sancy recouvert de son manteau blanc et la Banne d’Ordanche.

Quel paysage magnifique ...

Puis, nous contournons ce Puy de Côme pour se mettre à l’abri du vent afin de déjeuner.

Chacun sort de son sac son casse croûte. Certains partagent leurs préparations : de l’entrée au dessert en passant par la boisson, chacun y trouve son compte.

Puis notre photographe officiel entre en scène : Gérard prend une photo de groupe.

Toujours dans la bonne humeur, les passagers joëlette rejoignent "leur monture" : joëlette verte, jaune et bleue.

La descente fut sympathique, nous passons dans une forêt paisible avec un superbe éclairage.

Cependant, une joëlette a un petit souci sans conséquence. C’est la joëlette bleue de Schumy qui perd sa roue.

Comme dans les grande course de F1, l’équipage réinstalle la roue et la resserre.

Schumy en profite pour se dégourdir un peu les jambes. Elle fait une bonne partie de la descente à pied avant de rejoindre sa "monture". Et pendant ce temps quelques accompagnateurs testent la joëlette !

Quant à Floriane, une pause "pipi" s’impose. Elle se fait aider par Krystina et se cache derrière un tas de bois mais la discrétion n’est pas de mise puisqu’elle dit à tout le monde de ne pas regarder... (OH ! ).

Puis, nous finissons le chemin dans la joie et la bonne humeur.

La discussion est présente. On parle de prochaines sorties comme si nous voulions vite nous retrouver pour partager une magnifique journée...

Mais avant, retour pour chacun à sa vie et son quotidien.

Gardons en tête les bons moments partagés et bonne semaine à TOUS.

A la prochaine fois sur les chemins. Bises. Floriane

Partager

Les Suchet, ça vous tente ?

Bonjour à toutes et tous,
Voici un petit compte rendu de notre balade HCE du 15 Décembre 2019 vers les deux Suchet, entre le Puy de Piriou et le Puy de Dôme.

Pour cette balade, il y avait quelques promesses tenues : celle d’un très beau paysage du haut du Grand Suchet, celle de muscles bien chauds pour y monter, celle d’un vin chaud très très bon à la pause de midi (Merci Laurence), et tout plein d’autres gourmandises pour redonner du courage à nos passagers et nos accompagnateurs.

Il y avait aussi des promesses plus difficiles à tenir. Les prévisions météo nous ont fait douter longtemps, mais finalement, nous avons eu une journée sans pluie, avec un peu de soleil, et un bon grand vent d’Ouest.

Un petit pincement au cœur quand même, faute d’un nombre suffisant d’accompagnateurs, Patrick et Valérie n’ont pas pu se joindre à nous.

Tout de même, Dimanche à 10h30, vous étiez 4 passagers, trente accompagnateurs, dont 6 nouveaux, merci.

Voici quelques photos de cette belle balade. D’autre sont visibles sur la page Facebook de l’antenne Auvergne (https://www.facebook.com/HCE63/).

Début de promenade en pente douce bien cool, au point que je me disais : « Mais aurions-nous pu nous permettre de prendre une joëlette de plus ? »

La suite nous a vite démontré que les belles pentes vers les deux Suchet imposaient 6 voire 7 personnes autour des joëlettes.

Le paysage au sommet du grand Suchet a tenu toute ses promesses. Le Puy de Dôme également, jamais très loin, et toujours un peu indiscret !

Le vent bien frais était bien là. Donc, on n’y reste pas des heures.

Redescente vers les grottes du petit Suchet en espérant qu’elles nous mettraient à l’abri du vent. Échec ...

Finalement, repli dans une combe du petit Suchet à l’abri du vent. Repos mérité pour tous, pour les joëlettes aussi.

Partage de gourmandises et de bonne humeur.

Après la pause, passage sur le traversin en direction du Puy de Dôme, et belle descente dans la pouzzolane.

Retour vers la fontaine du Berger par une longue ligne droite. Là, nos nouveaux accompagnateurs ont pu expérimenter complètement le maniement des joëlettes, devant, et derrière (et oui !).

Merci à toutes et tous pour cette jolie sortie et ce très beau moment de partage.
Et puisque j’écris ce compte rendu avec un « peu » de retard, bonne et heureuse année 2020 à toutes et tous !

Jean-Luc

Partager

Pour une première ...

L’antenne d’Auvergne est active. Les membres vont, les membres viennent, et chaque fait le choix de s’investir autour ou sur la joëlette.

Cette fois-ci, c’est Laurence qui s’y met, en proposant pour la première fois une sortie ...
Laissons-la raconter.

Comment résumer une aussi belle journée ?
 
Nous avions donc rendez-vous au stade du Breuil à Royat pour une balade aux portes de Clermont-Ferrand qui allait nous mener à La Chapelle-Saint-Aubin commune de Saint-Genès-Champanelle.
 

5 passagers
Bénédicte, Floriane, Valérie, Tam et Patrick.
30 accompagnateurs dont je ne ferai pas l’énumération.
 
Quelques explications du maniement de la joëlette par Christian l’homme au short par tout temps. Il en ressort : comme toute chose dans ce monde, c’est l’équilibre qu’il faut trouver ... plus facile à dire qu’à faire !!
 

Un topo de la rando est fait : on monte dans les bois pendant une grosse heure, ensuite faux plats montant jusqu’ à la chapelle, pique nique et descente jusqu’à Royat.
La météo est de notre côté.
 
Tous les ingrédients sont là pour passer une bonne journée dans la nature !
 
Les équipages se mettent en place.

Dès le départ nous nous avons besoin des cordes , car si effectivement nous prenons le chemin des écoliers pour nous rendre à Charade celui-ci est jalonné d’embûches , d’escaliers glissants, de racines , mais pas d’eau !! Donc pas de pieds mouillés.....
Montée sportive, un peu tangante pour certains passagers, n’est ce pas Bénédicte !!! Mais l’esprit de groupe permet de remettre notre passagère sur son siège et la joëlette dans le sens de la montée !!
 

Le chemin des écoliers passe par l’arboretum de Royat où 600 essences d’arbres se mélangent ! Nous avons pu voir des Douglas ou des pins d’Oregon plantés à titre expérimental dans les années 50.
Malheureusement, l’effort, la concentration ne nous ont guère fait lever la tête !
 

Après une très grosse heure de marche sportive , nous sortons du bois. Pas de loup !!! mais des Puys qui nous offrent un spectacle hivernal. Du puy des goules ou puy de Dôme, pas un n’a oublié son manteau neigeux et en plus le le soleil pointe son nez !
Comme quoi, les efforts sont toujours récompensés !!!


 
Allez encore une petite demie heure pour arriver à la chapelle St Aubin !! Et voir encore plus de puys : Lassolas, Mercoeur et le Puy de Dôme avec son chapeau nuageux ! Elle est belle notre région !

Arrivée non loin de la chapelle, je me mets à regarder cette bande de joyeux randonneurs !! Et là , j ai comme un doute !!! Il me manque quelques personnes !!!
Je suis pas trop rassuré car Paola et Audrey sont effectivement en compagnie de Jean Luc mais quand on connaît le sens de l’orientation de celui ci ... On peut s’attendre à tout !!!
Je stresse un peu .... inutilement car un quart d’heure plus tard arrivent à la Chapelle les perdus !!!
Explication de ce décrochage : la semelle de la chaussure de Paola a décidé d’ouvrir sa ..... , et Jean Luc a essayé de trouver un moyen pour lui faire fermer sa .....
Nous pouvons enfin prendre notre pique en toute sérénité !! 
On ne s’attarde pas à la Chapelle ! Le soleil n’était que de passage et nous ressentons vite le froid !
Floriane, Valérie décident de faire un bout de route à pied , le groupe emboîte leurs pas .

S en suis , la descente par Montrodeix, la Font de l’arbre et le fameux chemin du Paradis qui n’a de paradis que le nom !!!
La descente est aussi sportive que la montée mais fort heureusement l effort n a pas gâché la bonne humeur !!
 

Les sourires sont encore là !
La fatigue aussi !!!
 
Pour une première , je vous remercie tous de votre dynamisme.

Et pour finir tout en finesse et délicatesse, la parole est à Gérard Vanzella, notre pilote -poète - photographe :

"Comme des écoliers,

On les entend rire, chanter,

Saint Aubin s’en souvient,

Leur souffle gelé,

Filant comme des étoiles,

Vers le Paradis des copains !"

Partager

L’Auvergne, c’est le Cantal aussi !

Il était une fois ... Heu, non, pardon, ça ne commence pas vraiment comme cela ! Alors, disons « il était une fin d’après midi, où des amis partirent sur la route pour découvrir le Cantal. Ils ne savaient pas encore ce qui les attendait... »

Mais non, pas de panique, nous en avons tous bien profité !

Après une certaine logistique (pour ne pas dire une logistique certaine !) afin d’organiser les covoiturages, la première voiture a rejoint René dès le vendredi soir, avec à son bord Nicole, Audrey, Alain, Franck et Chloé. L’ambiance était excellente, l’accueil de René chaleureux et son intendance toujours à la hauteur de sa réputation avec un excellent vin de pissenlit. Il nous fallait prendre des forces pour le lendemain !

Les invités suivants arrivèrent chez René de façon échelonnée entre 9h et 10h30 : Laure, Olivier avec la remorque, Christian et Patricia, Loïc, Sandy, Sandra et Laurence. Puis nous sommes partis pour le village de la Bécarie sur les hauteurs du Cantal.
Sur place, Aline et Fernand , amis de René, sont venus renforcer l’équipe.

Après un premier essai raté avec la joëlette violette qui n’y mettait vraiment pas du sien, c’est finalement la jaune qui a rejoint le trio. En attendant, nous avons profité d’une vue magnifique sur le Lot en contrebas de la vallée : l’endroit idéal pour attendre !

Une fois l’échange effectué, nous sommes vraiment repartis sur les sentiers. Une « balade » qui était ... technico-ludique ! Nous sommes descendu vers la vallée avant de remonter tout en haut, au petit village en pierres anciennes de la Vinzelle, proche d’une jolie chapelle dont les cloches pouvaient réveiller la montagne : le son devait porter sur des kilomètres !

Une pause de midi bien méritée a été prise au bord d’une fontaine aux trois bassins dite fontaine Saint Clair. Certains sont partis à la chasse aux noix, d’autres aux figues, et les derniers sont partis chercher « la pierre des fées » (qu’ils n’ont jamais trouvée ! )

Lorsqu’on descend, il faut remonter ! L’après midi fut donc assez intense pour tout le monde ! Mais la bière et les nombreux autres remontants offerts par René à notre retour a permis à tout le monde de retrouver la forme et le sourire pour une soirée ambiancée ! Une bonne douche chaude et un pot au feu maison ont remis tout le monde d’appoint, fin prêt pour la nuit. Quelques tentes dans le jardin, mais la majorité d’entre nous a pu dormir en dur.

Dimanche matin nous n’avons pas trop tardé car à l’issue de la balade il y avait tout de même de la route. Enfin, à part le broyeur de René qui a décidé de partir en retraite anticipée sans préavis et qui par conséquent a essayé d’inonder la maison pour entériner sa décision ! Mais à part ça, les sacs et les tentes furent pliés, les affaires empaquetées et les voitures configurées pour la journée. Hop ! C’est parti ! Promis, c’est plus roulant aujourd’hui !

Et nous avons effectivement profité d’un terrain plus roulant, avec un beau soleil qui nous a accompagné tout du long. Splendide, surtout avec les couleurs de l’automne qui commencent à rougir les flancs des montagnes, et les deux milans qui nous ont accompagnés un bout du chemin.

Le pique nique sur les alpages avec une vue fabuleuse sur la vallée, je dois avouer que c’est un luxe dont je ne me passerais jamais ! Roger, Marc et Marianne nous ont rejoins pour la journée. Et heureusement car il a fallu relever Nicole qui a décidé de s’asseoir à côté de son siège, prouvant l’utilité du casque, même à l’arrêt !

Nous sommes finalement rentrés chacun dans nos pénates, avec la fatigue physique et le bien être mental d’un week-end aussi riche en rencontres humaines qu’en paysages cantaliens. Merci !

Partager

Page 1.25